Les investisseurs très prudents malgré un regain d'optimisme sur la Chine

le
0
(NEWSManagers.com) -
L'appétit pour le risque n'est toujours pas au rendez-vous mais les investisseurs se montrent à nouveau très optimistes sur les perspectives économiques en Chine, selon la dernière enquête BofA Merrill Lynch réalisée entre les 2 et 9 septembre auprès d'un échantillon de 215 gérants à la tête de 579 milliards de dollars d'actifs. Très pessimistes il y a un mois sur l'économie chinoise, les investisseurs sont 11% en net à prévoir un renforcement de la croissance chinoise au cours des douze prochains mois. En août, 19% du panel s'attendait à un ralentissement de l'économie chinoise.

Une amélioration de 30% sur un mois jamais vue depuis mai 2009. Les investisseurs sur les marchés émergents ont traduit en actes ce regain d'optimisme, avec un retour massif sur les actions chinoises. Les investisseurs participant au panel régional sont ainsi surpondérés sur les actions chinoises à hauteur de 22% alors qu'ils étaient sous-pondérés à hauteur de 22% le mois précédent. Les marchés émergents maintiennent ainsi leurs statut de zone d'investissement privilégiée pour les actions, avec une avance légèrement renforcée sur la zone euro. Globalement, les investisseurs sont plutôt neutres sur les Etats-Unis, la zone euro et le Royaume-Uni alors qu'ils sont plus pessimistes sur le Japon. " Malgré le moindre appétit pour le risque, deux tiers des investisseurs considèrent que les actions européennes sont bon marché, la plus forte proportion observée depuis février 2003. Cette évolution donne du corps à l'hypothèse d'un rally si les nouvelles s'améliorent sur le front de l'économie" , relève Gary Baker, responsable de la stratégie actions européennes chez BofA Merrill Lynch Research.

De son côté, Michael Hartnett, stratégiste en chef sur les actions internationales chez BofA Merrill Lynch Research, estime que " le regain d'optimisme sur la croissance de l'économie chinoise fournit quelques raisons d'espérer une amélioration du sentiment des investisseurs au cours des prochains mois. Reste à savoir si la Chine constitue un catalyseur suffisant pour initier un changement" . Car à l'approche du quatrième trimestre, la prudence est plus que jamais de mise. Illustration de ce faible appétit pour le risque, les investisseurs affirment simultanément que les actions sont sous-évaluées (38% du panel) et que les obligations sont surévaluées (68% du panel). Ce qui donne un écart de perception entre les deux classes d'actifs de plus de 100 points pour la première fois depuis les débuts de l'enquête en 2003. Les allocataires ont pourtant réduit leur sous-pondération sur le fixed income, à 15% en septembre contre 23% le mois précédent?

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant