Les investisseurs soutiennent massivement les entreprises

le
0

(NEWSManagers.com) - Avec une participation de 70% aux AG comparable à celle de 2012 et 92% des résolutions votées avec une large majorité en progression de 4 points par rapport à 2012, la saison des assemblées générales 2013 confirme le soutien massif des investisseurs, selon l'agence Havas Paris qui a assisté, comme chaque année, à l'ensemble des AG du SBF 120. Contrairement à l'impression donnée par quelques assemblées générales, le calme des débats, le soutien des actionnaires et le recentrage sur les questions de financement et de croissance des activités marquent cette saison 2013.

Seul bémol, les actionnaires individuels ont été moins présents. Venus moins nombreux que l'an passé (les assemblées du CAC 40 ont perdu en moyenne 16% de leurs petits actionnaires tandis que celles du Next 80 en ont perdu 6%), ils ont également posé moins de questions (la séance de Q&A passe en moyenne de 51 minutes à 46 minutes toutes sociétés confondues).

" Le désenchantement des actionnaires individuels par rapport à la bourse, le calendrier très dense cette année qui imposait de choisir entre certaines AG et des assemblées moins festives expliquent cette moindre affluence. Le vote par internet, qui progresse mais encore trop lentement, n'a eu que peu d'influence sur la fréquentation." analyse Bénédicte Hautefort, Partner de l'agence Havas Paris.

Cette année, les entreprises ont obtenu des marges de manoeuvre financières trois fois plus élevées qu'en 2012. Les sociétés du CAC 40 ont demandé et obtenu un total de 95 milliards d'euros d'autorisations financières contre 31 milliards d'euros en 2012. De même, les sociétés du Next 80 ont obtenu 20 milliards d'euros contre 6 milliards d'euros en 2012.

Dans 21% des sociétés du Next 80, les actionnaires ont approuvé à une large majorité la suppression des dividendes(contre 19% en 2012). A l'inverse, la proportion passe de 6% à 3% dans le CAC 40.

Fait nouveau, lorsque les entreprises versent un dividende, les actionnaires demandent un versement en actions, plutôt qu'en numéraire comme les années précédentes. La fiscalité est certes plus attractive, mais cela n'explique pas tout, car les investisseurs étrangers, eux, ne sont pas impactés par notre fiscalité.

Seules 10% des assemblées du SBF 120 ont été chahutées, alors qu'elles sont bien plus nombreuses à mettre en place des restructurations sociales. Les sujets relatifs à la " RSE" n'ont représenté que 11% des questions des actionnaires et parmi celles-ci, une sur deux seulement a porté sur l'emploi.

Les conseils d'administration français se sont moins renouvelés cette année (378 fauteuils d'administrateurs soumis au vote des actionnaires, contre 432 en 2012). La taille des conseils diminue également, passant de 15 à 14 personnes en moyenne dans le CAC 40 et de 12 à 11 personnes dans le Next 80. Plusieurs administrateurs sortants n'ont pas été remplacés

A noter enfin que le Next 80 rejoint les standards de gouvernance du CAC 40. Les niveaux de quorum des entreprises du CAC 40 et du Next 80 sont comparables (66% à 72%) tout comme les résultats des votes : 92% des résolutions recueillent plus de 80% d'approbation.

La proportion de sujets sensibles portés à l'ordre du jour (stock-options, actions de performance, autorisations financières dilutives ...) est désormais très comparable, alors que les sociétés du Next 80, jusqu'ici, avaient des ordres du jour dans l'ensemble plus éloignés des standards internationaux. La gouvernance et la physionomie des conseils d'administration se rejoignent elles aussi: 20% à 23% de femmes, 15 à 20% d'étrangers, 85 à 90% d'administrateurs avec un seul mandat, âge moyen 58 à 60 ans.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant