Les investisseurs se détournent des actifs risqués

le
0
(NEWSManagers.com) - Les investisseurs s'attendent désormais à un ralentissement de l'économie mondiale, si bien que l'appétit pour le risque est tombé à son plus bas niveau depuis plus de deux ans, selon le dernier sondage Bank of America Merrill Lynch réalisé entre les 5 et 11 août auprès de 244 investisseurs représentant un montant agrégé de 718 milliards de dollars d'actifs sous gestion. Dans ce contexte, les poches de cash sont passées de 4,1% à 5,2% début août, leur plus haut niveau depuis décembre 2008 (5,5%). Quelque 30% des investisseurs indiquent qu'ils sont surpondérés sur le cash. Du jamais vu depuis mars 2009. Mais de tels niveaux constituent aussi un signal d'achat, souligne le sondage BofA Merrill Lynch. D'ailleurs, 48% des investisseurs considèrent que les actions sont bon marché.

Dans le même temps, les investisseurs n'ont jamais réduit aussi rapidement leur exposition aux actions. Seulement 2% des gérants se disent désormais surpondérés sur les actions, contre encore 35% en juillet dernier. Les pondérations sur les actions américaines ont subi leur plus forte baisse mensuelle, passant d'une surpondération de 23% en juillet à une sous-pondération de 1% en août.

Alors qu'en juin dernier, 29% des gérants américains prévoyaient une accélération de la croissance, ils sont désormais 14% à s'attendre à un affaiblissement de l'économie dans les prochains mois. Les investisseurs dans leur ensemble sont toutefois 42% à estimer qu'une récession mondiale est peu probable dans les douze prochains mois.

Interrogés sur l'éventualité d'un nouvel assouplissement quantitatif, 60% des investisseurs américains estiment que la Réserve fédérale n'hésitera pas à intervenir si l'indice S&P 500 tombait à 1.100. Le mois dernier, seulement 28% des investisseurs américains estimaient qu'un niveau de 1.100 déclencherait un nouveau programme d'asssouplissement quantitatif.

Les marchés émergents sont la seule région du monde sur laquelle les allocataires sont encore surpondérés, à hauteur de 27%, soit une baisse de 8 points de pourcentage d'un mois sur l'autre. Les investisseurs sur les marchés émergents sont donc un peu moins optimistes que le mois précédent mais le regain de pessimisme est beaucoup moins marqué qu'aux Etats-Unis ou en Europe.


info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant