Les investisseurs réduisent leur exposition aux actions américaines

le
0

(NEWSManagers.com) - La perspective d'une hausse des taux de la Réserve fédérale (Fed) dans le courant du deuxième trimestre a incité les investisseurs à sortir des actions américaines, selon le dernier sondage BofA Merrill Lynch réalisé entre les 6 et 12 mars auprès d'un échantillon de 207 participants représentant un encours cumulé de 565 milliards de dollars d'actifs sous gestion. Les investisseurs sont désormais 19% à être sous-pondérés sur les actions américaines, un ratio jamais vu depuis janvier 2008, alors qu'ils étaient surpondérés en février. La proportion des investisseurs estimant les actions américaines surévaluées a d'ailleurs atteint son plus haut niveau depuis mai 2000 avec un ratio de 23%.

En revanche, les allocations dans les actions de la zone euro et japonaises sont orientées à la hausse mais la tendance en faveur de l'Europe ne fait que commencer, précisent les investisseurs internationaux. Ils sont 63% (contre seulement 18% en janvier) à indiquer que l'Europe est la région dans laquelle ils seront de préférence surpondérés dans les douze prochains mois. Un pourcentage jamais vu depuis que le sondage existe (2001). Les investisseurs européens eux-mêmes sont dans le même état d'esprit, avec notamment une surpondération des banques pour 22% d'entre eux, à comparer à une sous-pondération pour 26% le mois précédent. Même tendance sur le secteur de l'assurance, avec 31% des investisseurs européens surpondérés sur les compagnies, alors qu'ils étaient 3% à être sous-pondérés en février.

La réduction de l'exposition aux actions américaines devrait se poursuivre puisque 35% des investisseurs indiquent que les Etats-Unis est la région du monde qu'ils préfèreraient sous-pondérer au cours des douze prochains mois, un niveau qui n'avait pas été observé depuis près de dix ans. L'écart entre Europe et Etats-Unis atteint ainsi 98 points de pourcentage en net, là encore un niveau record.

Le sondage de mars donne lieu à un changement marqué sur le calendrier de hausse des taux. La proportion des investisseurs s'attendant à un relèvement des taux au deuxième trimestre s'élève à 34% contre 28% précédemment. Dans le même temps, le camp de ceux qui n'attendent pas de mouvement sur les taux avant le troisième trimestre recule. Et, dans la même veine, ils sont 2% à estimer que le dollar est surévalué, une perception jamais vue depuis 2009.

" Le consensus des investisseurs suggère que la vigueur du dollar sera un facteur plus positif que négatif pour l'économie mondiale et les marchés" , indique Michael Hartnett, stratégiste en chef chez BofA Merrill Lynch Global Research, cité dans un communiqué. " L'optimisme vis-à-vis des actions européennes a atteint des niveaux jamais vus. La demande pour les financières souligne la confiance dans la croissance de la région, tandis que les espoirs fondés sur les exportateurs européens continue de profiter des gains observés le mois dernier" , relève pour sa part Manish Kabra, stratégiste quantitatif sur les actions européennes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant