Les investisseurs préoccupés par les surévaluations sur les marchés actions et obligations

le
1

(NEWSManagers.com) -

Les investisseurs observent des surévaluations croissantes sur les marchés actions et obligations si bien qu'ils évoquent le risque de la formation d'une bulle, selon le dernier sondage BofA Merrill Lynch réalisé entre les 2 et 9 avril auprès d'un échantillon de 177 participants représentant un montant cumulé de 494 milliards de dollars d'actifs sous gestion.

Depuis l'an 2000, les investisseurs n'ont jamais été si nombreux à estimer que les marchés actions sont surévalués. Pour 25% d'entre eux en net, le marché actions est surévalué. Ils n'étaient que 23% à le penser en mars et 8% en février mais les investisseurs restent encore loin du record de 42% enregistré en 1999. Même tendance du côté obligataire, avec 84% des participants au sondage mondial qui jugent les marchés obligataires surévalués, contre 75% en mars. Cela dit, 13% des investisseurs affirment que les " bulles actions" constituent le plus important risque extrême qui menace les marchés, contre seulement 2% en février.

La perception de surévaluation concerne principalement les Etats-Unis, 68% des participants au sondage mondial estimant que les Etats-Unis sont la région du monde la plus surévaluée. Toutes les autres régions du monde, y compris l'Europe et le Japon, sont de leur point de vue sous-évaluées. Les investisseurs sont aussi de plus en plus nombreux à accepter l'idée d'un relèvement des taux américains alors que la Banque centrale européenne et la Banque du Japon sont engagées dans une politique d'assouplissement quantitatif. La majorité des investisseurs ne prévoit pas de hausse des taux américains avant le troisième trimestre mais 85% d'entre eux prévoient qu'un hausse devrait intervenir cette année.

" Le sondage du mois d'avril apporte de nouvelles preuves sur le fait que les investisseurs internationaux anticipent l'évolution de la politique monétaire au niveau international" , estime Michael Harnett, stratégiste en chef chez BofA Merrill Lynch Research. " Nous observons une certaine forme d'exubérance rationnelle en Europe où les perspectives positives sur les actions sont soutenues par les fondamentaux, mais les investisseurs ne croient plus que les valorisations sont bon marché" , ajoute Manish Kabra, stratégiste quantitative sur les actions européennes.

Confrontés à la perspective d'un relèvement des taux de la Réserve fédérale, les investisseurs prévoient une volatilité accrue sur le front des devises. Ils sont 18% à estimer que les devises sont la classe d'actifs la plus vulnérable à la volatilité, soit une augmentation de cinq points de base par rapport au mois de mars. La plupart des investisseurs estiment que le dollar est surévalué par rapport à l'euro et au yen. Ils sont désormais 13% en net à affirmer que le dollar est surévalué alors qu'ils étaient 12% un mois plus tôt à dire que le billet vert était sous-évalué.

L'euro est sous-évalué actuellement pour 8% des participants au sondage alors que 24% d'entre eux jugeaient l'euro surévalué il y a deux mois. Malgré ces points de vue très marqués, la majorité des investisseurs prévoient une appréciation du dollar et une dépréciation de l'euro au cours des douze prochains mois.

L'" europhilie" du mois de mars s'est atténuée mais les actions européennes restent très recherchées début avril. Les investisseurs surpondérés sur les actions de la zone euro sont encore 46%, contre un niveau record de 60% au mois de mars. Ils sont encore 37% à vouloir surpondérer en priorité la zone euro au cours des douze prochains mois, contre il vrai 63% un mois plus tôt. A noter aussi que le sondage régional montre que les investisseurs européens sont 10% à estimer que les actions de la zone sont surévaluées, alors qu'ils étaient 3% le mois précédent à les juger sous-évaluées. Dans le même temps, ils sont 73% à parier sur une amélioration des bénéfices des entreprises dans l'année à venir, contre 69% le mois dernier.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jack077 le mercredi 22 avr 2015 à 16:04

    ET LA FAUTE A QUI ?? les banques centrales qui impriment de la monnaie a tour de bras et qui ne sertqu' a faire monter les marchés financiers et rien d'autre !!!