Les investisseurs préoccupés par les risques de ratés dans la reprise

le
0

(NEWSManagers.com) -

L'optimisme des investisseurs relatif à la reprise de l'économie mondiale et des bénéfices des entreprises a été entamé par la montée des risques de " shutdown" aux Etats-Unis alors que la confiance vis-à-vis de l'Europe s'améliore, selon le dernier sondage BofA Merrill Lynch Fund Manager Survey du mois d'octobre, réalisé entre les 4 et 10 octobre auprès d'un échantillon pesant 643 milliards de dollars.

Le nombre d'investissements prévoyant un renforcement de l'économie mondiale est passé de 69% en septembre à 54% ce mois-ci, un niveau malgré tout encore historiquement élevé. Ils sont d'ailleurs 71% contre seulement 61% un mois plus tôt à estimer que la croissance va demeurer en desous de la tendance potentielle au cours des douze prochains mois.Les inquiétudes relatives au resserrement de la politique monétaire constituent désormais le risque extrême cité en premier par 24% du panel, contre seulement 6% en septembre.

Dans ce contexte, les investisseurs sont moins nombreux à tabler sur une reprise des bénéfices des entreprises dans le monde : seulement 28% contre 41% en septembre. Et 18% d'entre eux pensent même que les bénéfices vont diminer contre 11% un mois plus tôt. Corollaire de ce moindre optimisme, les allocations actions ont été revues à la baisse. Seulement 49% des sondés sont surpondérés sur les actions, contre 60% en septembre. Les investisseurs sont revenus au moins en partie sur l'obligataire.

En Europe toutefois, la confiance gagne du terrain et les allocations actions ont atteint leur plus haut niveau depuis six ans. La surpondération des actions européennes atteint 46% contre 36% un mois plus tôt. Les perspectives relatives aux bénéfices des entreprises, insensibles aux événements américains, se sont encore améliorées et se retrouvent à leur meilleur niveau depuis septembre 2007.

Autre évolution significative, les investisseurs ont revu à la hausse leur exposition aux actions émergentes et sont de moins en moins nombreux à envisager de sous-pondérer la " région" . Toutefois, les signaux concernant l'ensemble des marchés émergents ne sont pas tous positifs, indique BofA Merrill Lynch. Les investisseurs sont malgré tout 38% à estimer que les actions émergentes sont les plus sous-évaluées de toutes les régions alors que 68% du panel indiquent que les Etats-Unis sont la région la plus surévaluée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant