« Les investisseurs pourraient être déçus le 3 décembre prochain » (Amaïka AM)

le , mis à jour à 17:40
8

Pour Amaïka AM, les attentes autour de la BCE sont peut-être devenues trop fortes à court terme.
Pour Amaïka AM, les attentes autour de la BCE sont peut-être devenues trop fortes à court terme.

Depuis plusieurs séances, les analyses se succèdent sur ce que l’on pourrait attendre de Mario Draghi lors de la réunion de la BCE du 3 décembre prochain. Pour sa part, Amaïka AM se demande si les attentes ne sont pas devenues trop fortes autour de ce rendez-vous incontournable.

Même volonté mais circonstances différentes. Voici en quelques mots résumées les conditions dans lesquelles Mario Draghi devra faire face aux marchés lors de la prochaine réunion de la BCE le 3 décembre prochain.

À l’occasion de sa dernière intervention le 22 octobre dernier, le patron de l’institution monétaire européenne avait obtenu les faveurs de la communauté financière après avoir clairement exprimé sa « capacité d’agir si nécessaire » et envisagé de « réexaminer » sa politique monétaire début décembre. Interprétés par les investisseurs comme la perspective de voir se profiler un « QE2 », ces propos ont depuis profité aux indices boursiers européens qui étaient jusque-là plombés par le contrecoup d’une période estivale difficile, des statistiques macroéconomiques décevantes et un renforcement de l’euro face au dollar.

Seulement voilà, entretemps, la Fed a clarifié ses positions, laissant plus nettement entrevoir un relèvement des taux directeurs américains en décembre que les derniers chiffres sur l’emploi, supérieurs aux attentes, semblent valider. Dès lors, la question de la nécessité pour la BCE de poursuivre son action au-delà de son actuel programme de rachat d’actifs, prévu jusqu’en septembre 2016, se pose.

Autrement dit, les investisseurs, qui fonderaient trop d’espoir dans la capacité de la BCE à augmenter rapidement la cadence de ses injections de liquidités, pourraient être déçus le 3 décembre prochain. Tout en affirmant, dans un entretien accordé au Figaro, que la décision que prendra la Fed le mois prochain n’aura pas « d’impact direct » sur le plan de marche de la BCE, Benoît Cœuré, l’un des six membres de son directoire, note que « la reprise de la zone euro est sur les rails » et qu’« elle accélère ». Laissant par la même planer le doute à court terme.

Toutefois, à plus long terme, Mario Draghi ne devrait pas se détourner de l’objectif principal de son mandat : celui de ramener l’inflation à un niveau de 2%. Quitte à garder quelques cartouches sèches en réserve pour pouvoir mieux dégainer quand cela s’avèrera nécessaire. Car, comme nous le pensons depuis longtemps, les banques centrales constitueront des acteurs centraux dans l’orientation des marchés à plus ou moins long terme.

Certes, les incertitudes autour d’une hypothétique extension des mesures d’assouplissement monétaire de la BCE pourraient alimenter une certaine volatilité à court terme. Mais au-delà du bruit, la volonté sans cesse affichée par Mario Draghi de lutter contre la déflation devrait continuer de soutenir les marchés d’actions européennes en 2016.

David Kalfon, président-fondateur d’Amaïka AM

À lire également sur le même :

- La BCE peut-elle abaisser ses taux directeurs en territoire négatif ?

- Marchés : "Le meilleur est à venir" (Cercle des analystes indépendants)

- Marchés : « l'alignement des planètes » est-il une illusion en Europe ? (Myria AM)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le jeudi 19 nov 2015 à 16:08

    on a tellement été déçus que ce serait le pompon ..!

  • dcabon le jeudi 19 nov 2015 à 08:31

    Et voilà : toujours les mêmes âneries qui peuvent servir à expliquer pourquoi le marché va monter ou pourquoi il va baisser. En attendant, comme le fait remarquer M4815839, on a affiché le nom de sa boîte. Personne ne sera là si la "prédiction" fausse. Par contre on peut être sûr que les "Je vous l'avais bien dit" ne manqueront pas. En fait, il suffit de faire deux prédictions opposées et de ne pas se souvenir de celle qui ne s'est pas réalisée : les conseilleurs ne sont pas les payeurs !

  • M4815839 le lundi 16 nov 2015 à 15:13

    BLA BLA BLA on ressasse toujours les memes themes , toujours dans l'abstraction La motivation premiere est d'abord de montrer le nom de son officine

  • c.debarg le lundi 16 nov 2015 à 15:02

    un toutou se cache derrière cet article

  • titide12 le lundi 16 nov 2015 à 14:27

    encore un qui écrit pour ne rien dire et essayer d"éxister !!

  • remimar3 le lundi 16 nov 2015 à 14:09

    Si la BCE ne fait rien, on doutera de sa capacité d'action. Si elle fait quelques chose on prendra ça pour le signe que la situation est pire que prévu.

  • gchevrie le lundi 16 nov 2015 à 13:46

    Eh oui , comme ils disent tous : " ça peut monter , mais... ça peut descendre "

  • M4815839 le lundi 16 nov 2015 à 12:59

    BLA BLA BLA BLACe genre d'articles n'a t il pas pour but d'abord de montrer l'existence de ces officines , Boursorama nous en sort toujours des nouvelles