Les investisseurs peinent à trouver l'équilibre entre rendement et risque à la baisse

le
0

(NEWSManagers.com) -

Il existe des contradictions majeures dans le comportement des investisseurs, selon State Street Global Advisors (SSGA), qui publie aujourd'hui une enquête mondiale * mettant en évidence la " pression exercée sur les investisseurs pour obtenir du rendement, en forte contradiction entre ce qu'ils pensent et les décisions qu'ils prennent" .

Ainsi 65 % d'entre eux citent la pression du financement comme raison principale d'une allocation accrue en actions au cours des six derniers mois, mais ces allocations sont faites en dépit d'une forte conviction qu'une correction du marché est à venir ou aurait dû déjà avoir lieu " commente Daniel Farley, directeur des investissements au sein de l'Investment Solutions Group de SSGA. 63 % des investisseurs mondiaux ayant augmenté leurs positions en actions des marchés développés, et un investisseur sur deux (48 %) ayant accru son allocation en actions des marchés émergents au cours des six derniers mois. Toutefois, une majorité de ce même groupe (60 %) s'attend à une correction des marchés boursiers à court terme, variant entre 10 et 20 % tant sur les marchés développés qu'émergents.

D'autre part, selon SSGA, près de la moitié d'entre eux (44 %) estime que le marché est surévalué et qu'une correction aurait déjà dû avoir lieu. " S'ajoutant à l'avis de plus en plus partagé que la volatilité est un phénomène appelé à durer, cette contradiction accroît la nécessité de stratégies adéquates de protection à la baisse. Alors que les investisseurs augmentent leur exposition aux actifs risqués, ils devraient penser à la façon de supprimer le risque non rémunéré de l'équation " .

Mais si 53 % des répondants disent qu'ils souhaiteraient réduire leur exposition aux actions, mais qu'ils ne voient pas d'alternative viable étant donné les faibles rendements dans les autres classes d'actifs. Pour le moment, note l'étude, les investisseurs continuent d'accorder beaucoup de confiance à la diversification traditionnelle, 65 % d'entre eux pensant que celle-ci suffit à protéger leurs portefeuilles. " Notre enquête montre la nécessité pour les sociétés de gestion d'actifs d'aider les investisseurs à mieux comprendre leurs options concernant la protection à la baisse, et à travailler en collaboration avec leurs clients pour développer des solutions qui leur offrent des niveaux de sécurité adaptés " conclue Daniel Farley.

*Etude menée en janvier 2015, en collaboration avec un institut de recherche indépendant, auprès de 420 investisseurs, comprenant des PDG, des directeurs des investissements, des gérants de portefeuille et des administrateurs dans 13 pays en Europe, en Asie et aux États-Unis.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant