Les investisseurs misent sur un redressement durable de l'économie mondiale

le
0
(NEWSManagers.com) - La confiance est de retour chez les investisseurs qui recommencent à vraiment envisager un redressement durable de l'économie mondiale en 2013 alors que les craintes relatives à la " falaise fiscale" ont tendance à s'estomper, selon la dernière enquête BofA Merrill Lynch réalisée entre les 7 et 13 décembre auprès d'un échantillon de 255 participants dont les actifs sous gestion s'élèvent à 664 milliards de dollars.

Les investisseurs sont désormais 40% en net à s'attendre à un renforcement de l'économie mondiale au cours des douze prochains mois, une progression de six points de pourcentage entre novembre et décembre et lune proportion double par rapport au niveau observé il y a deux mois. Parallèlement, les investisseurs ne sont plus que 47% à considérer la " falaise fiscale" comme le risque extrême le plus préoccupant contre 54% le mois précédent. Mais la problématique de la dette américaine reste malgré tout la préoccupation numéro un.

Les marchés émergents constituent la région du monde préférée des investisseurs. Et ce d'autant plus que l'optimisme quant aux perspectives d'évolution de l'économie chinoise est à son plus haut niveau, avec 67% des participants à l'enquête régionale prévoyant un renforcement de l'économie chinoise au cours des douze prochains mois contre 51% en octobre. On observe en outre que 38% des gestionnaires sont surpondérés sur les marchés émergents contre 19% en septembre.

L'optimisme est donc de retour sur la Chine mais " si les optimistes veulent remporter une victoire décisive, nous devons avoir la preuve par neuf que l'économie est en train de réaccélérer" ', estime Michael Hartnett, chief investment strategist chez BofA Merrill Lynch Global Research. Selon Michael Hartnett, les perspectives de croissance sont dans la moyenne mais de nombreux investisseurs estiment que les valorisations sont encore trop élevées. " Lorsque ces inquiétudes vons se dissiper, il est probable que les valorisations bon marché des actions européennes attirent les investisseurs internationaux" , remarque Michael Hartnett.

Le nombre de gestionnaires surpondérés sur les actions américaines a diminué par rapport à novembre. Et les allocations sur la zone euro dépassent les allocations sur les Etats-Unis pour la première fois depuis novembre 2010. Le proportion des gestionnaires surpondérés sur les actions de la zone euro s'inscrit à 7% contre 1% en novembre. En termes sectoriels, le secteur numéro un reste la pharmacie.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant