Les investisseurs déstabilisés par le risque géopolitique

le
1

(NEWSManagers.com) - La crise en Ukraine est passée par là. Les investisseurs ne veulent plus prendre de risques et se protègent de plus en plus avec la montée potentielle de l'instabilité géopolitique, souligne le dernier sondage BofA Merrill Lynch réalisé du 7 mars au 13 mars auprès d'un échantillon de 241 participants représentant 636 milliards de dollars d'actifs sous gestion.

Illustration emblématique de cette mentalité " risk-off" en train de prendre le dessus, les gérants de hedge funds ont réduit à la fois leur levier et leur exposition aux actions. Le ratio moyen pondéré des actifs bruts rapportés aux fonds propres a reflué à 1,34 fois contre 1,49 précédemment, son plus bas niveau depuis 20 mois. Et 31% des hedge funds ont un levier inférieur à un, contre seulement 19% en janvier.

Confrontés aux tensions en Ukraine, 81% des investisseurs estiment que le risque géopolitique constitue une menace pour la stabilité des marchés financiers, soit quatre fois plus que le mois précédent. On relève également que 27% des investisseurs considèrent la crise géopolitique comme le risque extrême le plus important, contre 12% en février.

Parallèlement, les investisseurs ne cachent pas leurs inquiétudes quant aux perspectives sur les marchés émergents, avec une appréciation encore plus pessimiste sur l'économie chinoise. Au total, l'optimisme sur les bénéfices des entreprises diminue et la tendance à se protéger contre le risque augmente, avec des allocations cash plus importantes et une réduction de l'exposition aux actions.

La proportion des investisseurs prenant une prise de risque inférieure à la moyenne passe de seulement 2% en février à 14% en net ce mois-ci. Et 16% des investisseurs mentionnent une surpondération sur les liquidités, contre 12% un mois plus tôt.

La surpondération sur les actions chute d'un mois sur l'autre de neuf points de pourcentage à 36% et la demande de protection contre une forte baisse des marchés actions se retrouve à des niveaux jamais vus depuis 22 mois.

" Alors que ni l'inflation ni la récession ne constituent une menace, nous estimons que le marché haussier sur les actions est loin d'être terminé et que les investisseurs devraient mettre leurs excès de liquidités dans les actifs risqués" , indique Michael Harnett, chief investment stratégiste chez BofA Merrill Lynch Global Research.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le mardi 25 mar 2014 à 16:00

    Oui Bon .. pas s'affoler ..et cela permet de bonnes affaires