Les investisseurs américains abandonnent la France

le
20
François Hollande le 17 février 2014, lors du Conseil de l'attractivité qui avait accueilli de nombreux chefs d'entreprise.
François Hollande le 17 février 2014, lors du Conseil de l'attractivité qui avait accueilli de nombreux chefs d'entreprise.

Chaque année à la même époque, la chambre de commerce américaine en France (l'AmCham) publie les résultats de son baromètre sur le moral des investisseurs américains à partir d'une étude du cabinet de conseil Bain & Company. Pour cette quinzième étude annuelle, les résultats sont très mauvais : ils ne sont plus que 12 % à avoir une "perception positive" ("bonne" ou "excellente") de la France "par rapport à d'autres destinations d'investissement".Quand on sait qu'ils étaient 56 % en 2011, la chute de l'image de la France est spectaculaire. L'année de l'arrivée de François Hollande à l'Élysée, ils étaient déjà tombés à 22 % en 2012. Pour être précis, ce sont les dirigeants des filiales françaises qui sont interrogés par Bain & Company sur "la perception de la France" par leur maison mère des États-Unis, les Américains étant très présents dans l'Hexagone avec 4 000 entreprises employant 440 000 salariés, comme le souligne Les Échos en date du 24 octobre.Poids démesuré de l'administration Au chapitre des perceptions négatives ("mauvaises"), la hausse est énorme, par contrecoup, celles-ci passant de 15 % en 2011 à 34 % en 2013, pour finir à 46 % en 2014 ! Le balancier a brutalement changé de côté et les investissements américains créateurs d'emplois ont déjà commencé à chuter de 22 % en 2013, selon l'Afii, l'Agence française pour les investissements internationaux. Dernier élément significatif de cette...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paspil le lundi 17 nov 2014 à 20:34

    ils ont investi dans la pierre ... ils ont fait leur beurre ... vu les prix à Paris ils repartent avec de belles pv

  • gnapi le lundi 17 nov 2014 à 12:19

    "I am pro-business" déclarait Sapin à la City. Oui oui. Très pro. Et rrès business. ils le sont nos politiques si l'ont en croit le nombre de lois retoquées, le nombre de couacs et ... le nombre de procès pour 'affaires' ou les soucis avec le fisc. Ca pour être les pro du buzinesse, y a pas photo ...

  • janaliz le samedi 8 nov 2014 à 11:45

    Qu'est-ce qu'on dit ? Merci pingouin !

  • Fraise41 le lundi 3 nov 2014 à 22:26

    faut être cinglé pour investir chez les communistes français .A l'époque du camarade Staline les communistes travaillaient, et Staline répandait le bonheur autour de lui.

  • 445566ZM le lundi 3 nov 2014 à 13:38

    Attractivité ? Quand les investisseurs apprennent qu'en France un tribunal peut condamner l'industriel à reprendre les syndicalistes, ou à continuer l'activité d'une usine, ils ont du mal à comprendre et ils ne viennent pas.

  • M9101475 le lundi 3 nov 2014 à 11:37

    C'est le résultat des sanctions américaines sur la france après la guerre d'irak. Ils nous ont mis au banc du système occidental. Regardez le rafale, toujours séléctionné techniquement, toujours abandonné au profit du f-15E pour raisons politiques

  • frk987 le lundi 3 nov 2014 à 09:35

    Un étranger qui investit en France devrait être mis sous tutelle, il ne doit pas être dans un état normal pour le faire !!!!

  • gletemps le lundi 3 nov 2014 à 08:59

    j'espère qu'il est contant de soutenir les américains , on voit bien qu'ils lui sont reconnaissant ! il n'a que ce qu'il mérite ! MDR

  • sarestal le lundi 3 nov 2014 à 08:32

    Les maux de la France : Une fiscalité et des taxes à un niveau intolérableL'économie continue son plongeon vers les abîmes mais c'est pas grave les OAT Fr sont à un faible taux, on peut donc continuer !

  • jep02 le lundi 3 nov 2014 à 07:52

    Comme disait la pub : "il faudrait être fou pour dépenser plus". Pourquoi payer plus de 50 % alors que d'autre pays sont à 14 %, sans parler de toutes les autres contraintes ?