Les investisseurs affichent un optimisme renforcé sur les Etats-Unis et l'Europe

le
0

(NEWSManagers.com) - Les investisseurs démarrent l'année 2014 avec une dose d'optimisme renforcée sur les Etats-Unis et de plus en plus sur l'Europe, selon le dernier sondage Bank of America (BofA) Merrill Lynch réalisé entre les 10 et 16 janvier auprès d'un échantillon de 234 sociétés représentant un montant agrégé de 653 milliards de dollars d'actifs sous gestion.

Les trois quarts des investisseurs s'attendent à une amélioration des perspectives économiques contre 71% en décembre dernier. Cet optimisme renforcé se retrouve dans les prévisions de bénéfices qui pourraient s'améliorer pour 48% des investisseurs contre 41% il y a un mois. Près de 30% des investisseurs donnent les meilleures perspectives d'amélioration des résultats aux Etats-Unis et au Japon, à comparer à 8% pour l'Europe, alors qu'ils étaient 4% à prévoir une détérioration des perspectives bénéficiaires le mois précédent.

Dans ce contexte, la confiance dans les actions ne se dément pas, 55% des investisseurs indiquant qu'ils sont surpondérés sur les actions. Une tendance qui ne s'est pas démentie depuis la mi-2012, lorsque les investisseurs étaient encore sous-pondérés sur les actions. Ils sont pourtant 7% à estimer que les actions sont surévaluées, notamment aux Etats-Unis. Ils sont aussi 22% à estimer que les actions sont sous-pondérées en Europe.

L'appétit pour le risque est également au rendez-vous, 42% des panélistes indiquant qu'ils sont surpondérés sur les valeurs technologiques, 32% d'entre eux étant par ailleurs sous-pondérés sur les valeurs des biens de consommation.

" Les gestionnaires sont positionnés pour un rebond marqué des bénéfices en Europe, et la saison des résultats va être déterminante pour le maintien de cette posture. Compte tenu de l'optimisme ambiant, toute déception sur les bénéfices sera probablement sanctionnée par les investisseurs" , estime John Bilton, un stratégiste européen.

A noter toutefois que les investisseurs continuent de bouder les marchés émergents, 61% d'entre eux s'attendant à une forte détérioration des bénéfices des entreprises émergentes, contre 32% en décembre. En outre, les investisseurs estiment que le risque extrême le plus important serait un ralentissement brutal de l'économie chinoise et un effondrement des matières premières, 37% des investisseurs évoquant cette éventualité.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant