Les investissements d'Amazon commencent à faire grincer des dents

le
0
Les investissements d'Amazon commencent à faire grincer des dents
Les investissements d'Amazon commencent à faire grincer des dents

La stratégie de Jeff Bezos trouve-t-elle ses limites? Le patron d'Amazon dépense sans compter pour gagner des clients, partant du principe que les investisseurs suivront. Mais ces derniers commencent à traîner des pieds après une série de pertes.En tenant compte d'une chute de plus de 8% vendredi à la mi-journée, l'action du géant américain de la distribution en ligne a vu s'envoler presque 30% de sa valeur depuis son record historique de 407,50 dollars en janvier."La frustration vis-à-vis d'Amazon atteint des sommets" et "nous avons du mal à identifier un catalyseur pour casser le sentiment négatif", estime la Deutsche Bank dans une note.Le groupe vient en effet d'annoncer l'une des plus lourdes pertes nettes de son histoire, 437 millions de dollars au troisième trimestre après déjà 126 millions au deuxième.C'est la conséquence d'une recrudescence d'investissements dans des domaines parfois éloignés du commerce: les centres de données où il héberge des services internet tiers, la vidéo ou la musique en ligne, ou encore les appareils électroniques comme les tablettes Kindle.Le pari de Jeff Bezos, c'est que cela attire davantage de clients dans l'écosystème d'Amazon et entretient sa croissance. Sauf que celle-ci ralentit: le groupe n'exclut pas qu'elle tombe jusqu'à 7% au quatrième trimestre, quand il affichait plutôt d'ordinaire des taux supérieurs à 20%. - La concurrence durcit - La goutte d'eau qui semble avoir fait déborder le vase, c'est le Fire Phone. Lancé cet été, ce premier téléphone d'Amazon n'a pas trouvé son public et des stocks importants lui sont restés sur les bras, occasionnant une lourde charge trimestrielle.Les investisseurs sont d'autant moins enclins à la patience face à ce type d'expérimentation coûteuse que les sources d'inquiétudes augmentent. "Tout le monde essaye de détrôner Amazon", indique à l'AFP Shilpa Rosenberry, une analyste du cabinet de conseil en marketing ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant