Les internautes pourront financer une expédition pour retrouver une épave historique

le
0

Un chercheur d'épaves a lancé vendredi une opération de financement participatif pour retrouver l'épave du Vendémiaire, ce sous-marin à vapeur de la Marine Nationale française, coulé en 1912.

Le crowdfunding touche de plus en plus de secteur. Après les disques, les films, les startups ou encore les lancements de journaux, les internautes vont désormais pouvoir participer au financement d'une expédition pour retrouver une épave historique. Deux chercheurs d'épaves souhaitent en effet partiellement financer «l'expédition Vendémiaire 2016» au moyen de fonds récoltés sur le site de financement participatif Ulule. L'opération est en ligne depuis le vendredi 1er mai.

«Je suis un chercheur d'épaves, mon objectif est de découvrir de nouvelles épaves et si je peux faire participer des passionnés à mon expédition c'est encore mieux, indique Bertrand Sciboz, l'un des deux professionnels à l'origine du projet. L'épave du Vendémiaire revêt en outre un intérêt historique», ajoute le passionné d'histoire. De fait, le bateau, le Vendémiaire, était un sous-marin à vapeur de la Marine Nationale française qui, à la suite d'un exercice, a fait naufrage en juin 1912 au large des côtes de la Hague, dans la Manche. Les 24 hommes d'équipage ont tous péri avec le navire. «Le Vendémiaire sombre rapidement et disparaît, emporté par le terrible courant du Raz Blanchard», soulignent les passionnés.

Les deux chercheurs d'épaves souhaitent ainsi lever un minimum de 20.000 euros grâce au site de crowdfunding Ulule. En échange de leurs dons, les participants verront leur nom gravé dans le livre consacré à l'expédition ou à la fin du générique du documentaire. En fonction du montant de leurs participations, les sponsors seront également invités à l'avant-première du documentaire, à des réunions préparatoires...Les plus généreux pourront même participer à l'expédition en déboursant 3000 euros. L'opération se déroulera en deux temps avec une première expédition prévue cet été puis une deuxième l'an prochain.

«Nous n'avons aucune garantie de pouvoir retrouver l'épave, tout est également une question de moyens», prévient toutefois Bertrand Sciboz. Le budget prévisionnel s'élève entre 50.000 et 100.000 euros. Des mécénats privés financent par ailleurs en partie l'expédition. La recherche historique, les frais d'équipage et de tournage, la mobilisation du matériel et les frais de fonctionnement des 3 bateaux qui participent à l'expédition ont un coût. Les chercheurs soulignent qu'ils feront «don à la préfecture maritime de Cherbourg l'ensemble des documents et des fruits de leurs recherches».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant