Les intermittents appellent à un rassemblement au ministère du Travail

le
3
Les intermittents appellent à un rassemblement au ministère du Travail
Les intermittents appellent à un rassemblement au ministère du Travail

La saison des festivals va-t-elle être, comme en 2014, perturbée par l'épineux dossier du régime spécifique d'assurance chômage des intermittents du spectacle ? Alors que le théâtre de l'Odéon à Paris est occupé depuis dimanche soir par une cinquantaine d'intermittents, des étudiants et des militants du collectif Nuit Debout, la CGT-Spectacle et la Coordination des intermittents et précaires appellent à un rassemblement ce lundi à 17 heures devant le ministère du Travail. C'est là que se tiendra, sans doute jusque tard dans la soirée, la négociation interne à la profession, en vue d'un accord qui doit être transmis à l'Unedic avant jeudi.

Un autre rassemblement doit se tenir jeudi 28 avril à 13 heures devant le siège du Medef qui héberge les discussions de la convention chômage. Les intermittents devraient ensuite rejoindre la mobilisation annoncée ce jour-là contre la loi Travail.

«Nous, chômeurs, étudiants, précaires, salariés en poste ou en formation et intermittents de la culture et d'ailleurs, avec ou sans papiers, occupons ce lieu public pour signifier notre complet désaccord avec les «négociations» en cours de l'assurance chômage comme avec le projet de loi travail», a expliqué l'un des occupants du théâtre.

Depuis 2014, le gouvernement a confié à la profession le soin de négocier ses propres règles mais dans le respect d'un cadrage financier fixé par les partenaires sociaux habituels. C'est là que le bât blesse. Dans cette lettre de cadrage financier du 24 mars, le Medef et plusieurs syndicats (CFDT,CFTC et CFE-CGC) ont demandé un effort global de 185 millions d'économies en année pleine d'ici à 2018 tout en suggérant à l'Etat d'en compenser une partie à hauteur de 80 millions d'euros. La ministre de la Culture, Audrey Azoulay, a qualifié de «provocation» la lettre de cadrage mais s'est gardée de dire que l'Etat n'interviendrait pas. En déplacement aujourd'hui dans la Drôme et en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco il y a 8 mois

    Ils nous refont mai 68, c'est la chienlit.

  • vazi il y a 8 mois

    ils ont qu'a créer leur propre caisse de chômage et la financer bien entendu

  • gchevrie il y a 8 mois

    Ils commencent à nous les brou...ter menues .