Les insurgés ont besoin d'assistance et de formation 

le
0
La révolution ne manque pas de recrues, mais personne n'est jusqu'à présent vraiment parvenu à les transformer en combattants.

Envoyé spécial à Benghazi

La révolution libyenne a besoin de trouver son Lawrence d'Arabie ou son colonel Brémond, qui fut son homologue français pendant la révolte arabe de 1916.

Comme à l'époque les tribus du Hedjaz, les insurgés libyens font face à des troupes régulières mieux entraînées, mieux équipées et mieux commandées qu'eux. L'envoi de conseillers militaires britanniques et français peut permettre de contrebalancer au moins en partie l'énorme avantage dont jouissent jusqu'à présent les troupes kadhafistes.

Le manque d'entraînement reste le principal problème des rebelles. La révolution ne manque pas de recrues, mais personne n'est jusqu'à présent vraiment parvenu à les transformer en combattants. L'absence de cadres expérimentés se fait cruellement sentir, et même les vétérans, maintenant âgés, des aventures militaires de Kadhafi au Tchad dans les années 1980 ne sont pas toujours très compétents.

Ce besoin de formation devient encore plus cria

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant