"Les institutions musulmanes sont désemparées face aux fondamentalistes"

le
1
Beaucoup de musulmans redoutent l'amalgame entre terrorisme et islam.
Beaucoup de musulmans redoutent l'amalgame entre terrorisme et islam.

"Leur islam n'est pas le nôtre", peut-on lire sur de nombreux tweets après l'attaque qui a visé Charlie Hebdo. Un acte barbare qui a profondément heurté la communauté musulmane. Au choc s'est rapidement ajoutée la peur des amalgames. L'événement ne va-t-il pas accélérer une islamophobie qu'ils dénoncent ? Quel rôle incombe aux institutions religieuses musulmanes face aux intégristes ? Décryptage avec Amel Boubekeur, sociologue spécialiste de l'islam en Europe et chercheuse associée au Centre Jacques-Berque, à Rabat, au Maroc.Le Point.fr : Quelle analyse faites-vous de l'attaque qui a visé la rédaction de Charlie Hebdo ?Amel Boubekeur : Les pays du monde musulman sont meurtris chaque jour par des attentats commis au nom de l'islam, il y a eu aussi l'Australie et le Canada. Cependant, le malaise est particulier en France. Au-delà du sécuritaire et de la nécessaire solidarité, on sent que c'est le moment de repenser la manière dont nous devons "refaire peuple". On ne peut plus éviter les questions taboues liées à l'endiguement de la violence et l'égalité des citoyens, quelles que soient leurs opinions. Que dire des revendications des assaillants qui affirment avoir vengé le prophète Mahomet ?Même si l'islam dénonce toute forme de violence, ces terroristes sont convaincus qu'ils agissent au nom du prophète. Mais d'autres raisons expliquent leur passage à l'acte. J'ai rencontré, en 2004, le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 72805271 le dimanche 11 jan 2015 à 13:39

    Les uns veulent partir pour la Syrie, très bien, qu'ils s'en aillent avec un billet sans retour, les autres veulent partir en Israel, pas de problème. Bon voyage à tous.