Les initiatives fleurissent pour développer l'agriculture connectée

le
0
Les initiatives fleurissent pour développer l'agriculture connectée
Les initiatives fleurissent pour développer l'agriculture connectée

Louer son tracteur à la journée, faire ses achats à distance, utiliser le financement participatif ou gérer son exploitation grâce au "big data", comme les autres pans de la société, l'agriculture utilise les services numériques pour se faciliter le quotidien."On veut connecter tous les hangars agricoles" où sont immobilisés des tracteurs, assure Laurent Bernède président de WeFarmUp, site de location de matériels entre professionnels du monde agricole lors du Salon de l'Agriculture à Paris.M. Bernède, agriculteur dans le Lot-et-Garonne, a eu l'idée de ce site quand il a été dû remplacer son vieux tracteur. En effet, les machines agricoles contribuent à l'endettement des agriculteurs avec des prix pour un modèle neuf pouvant aller jusqu'à 120.000 euros pour un tracteur de 200 chevaux ou 350.000 euros pour une moissonneuse-batteuse. De plus ces machines coûteuses restent inutilisées une partie de l'année.Le site permet donc de mettre en relation ceux qui ont un engin agricole à disposition et ceux qui cherchent à en louer un. WeFarmUp prend 15% sur la transaction, s'occupe du contrat et surtout assure la machine grâce à un accord avec l'assureur Groupama. Lancé en octobre 2015 et fort de 700 membres, WeFarmUp vient de signer un partenariat avec la coopérative Agrial qui souhaite promouvoir ce service auprès de ses 12.000 adhérents.Les agriculteurs peuvent aussi bénéficier d'une autre tendance de l'économie numérique, le financement participatif, grâce au site MiiMOSA, exclusivement dédié à l'agriculture et à l'alimentation. Lancé fin 2014, MiiMOSA a déjà accompagné 200 porteurs de projet et collecté 1 million d'euros, selon son site internet.Les contributeurs éventuels peuvent choisir sur le site de participer à un projet comme utiliser des chevaux de traits pour la culture de légumes ou financer un système de récupération d'eau chez un horticulteur.- Des capteurs plein les champs -C'est aussi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant