Les industriels pénalisés par les matières premières 

le
0
Michelin et Schneider tentent de passer des hausses de prix pour préserver leurs marges.

Cuivre, acier, matières plastiques, caoutchouc... les cours de ces matières premières se sont envolés depuis 18 mois, ce qui s'est traduit dans les comptes semestriels que viennent de publier les sociétés industrielles. Ce vendredi matin, Michelin a chiffré à 848 millions d'euros l'impact sur son résultat d'exploitation de cette envolée des matières premières. «Au-delà de la hausse de ces matières premières, c'est surtout la vitesse de progression qui est étonnante», a pour sa part expliqué Jean-Pascal Tricoire, PDG de Schnei­der Electric. L'équipementier électrique évalue à 214 millions d'euros l'impact de cette hausse dans ses comptes semestriels. Le groupe avait établi un budget tablant sur 250 millions d'euros d'impact négatif sur l'ensemble de l'année. Il l'a désormais révisé à 400 millions d'euros.

En début de semaine, les acteurs de l'industrie automobile avaient communiqué sur ce sujet. Là aussi, les sommes en jeu sont conséquentes : ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant