Les industriels français prêts à reprendre pied à Tripoli

le
0
Nombreux sont les pays qui sont sur les rangs pour participer à la reconstruction de la Libye.

Y penser toujours, n'en parler jamais. Ou rarement. Les groupes industriels français fourbissent leurs armes en toute discrétion pour renouer ou nouer au plus vite des relations commerciales avec la Libye, identifier les interlocuteurs, relancer les projets. «La nouvelle Libye devrait, sous condition d'une gestion sans anicroche de la transition post-révolutionnaire, constituer un véritable eldorado pour les entreprises françaises et britanniques qui ont soutenu le Conseil national de transition (CNT)», assurent les experts de la recherche Afrique de la banque CM-CIC. «Attention, les rues ne seront jamais pavées d'or car le CNT sera, par essence, éphémère, tempère cependant Michel Casals, président de la Chambre de commerce franco-libyenne. Si la France jouit d'un capital sympathie considérable, la concurrence sera très vive, beaucoup de pays dont l'Italie sont sur les rangs pour participer à la reconstruction.» Troisième client mais seulement sixième fournisseur de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant