Les industriels défendent le gaz de schiste

le
0
Alors que l'Etat s'apprête à interdire l'exploitation des gaz de schiste, Total et GDF Suez, jusqu'à présent silencieux, montent au créneau pour faire entendre leur voix.

Si l'Etat semble bien décidé à enterrer les projets d'exploitation de gaz et huile de schiste, il n'en va pas de même pour les industriels. Après Total et le secteur pétrolier, c'est désormais au tour du PDG de GDF Suez, Gérard Mestrallet, de s'exprimer sur le sujet. Dans les colonnes des Echos, le dirigeant regrette que «la France tourne la page des gaz de schiste avant de l'ouvrir».

Le gouvernement vient en effet de faire volte-face sur le sujet. Face à une mobilisation grandissante contre l'exploitation de ces gisements aux effets potentiellement néfastes pour l'environnement, le premier ministre a demandé mercredi l'annulation des permis de recherche. En mars 2010, Jean-Louis Borloo, alors ministre de l'Ecologie, avait autorisé la recherche de ces gaz «non conventionnels» dans le sous-sol français : trois permis avaient été attribués, l'un à Total et deux autres au groupe Texan Schuepbach, associé à GDF Suez.

Impact sur les prix

Il n'est pas certain toutefoi...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant