Les indiscrets du Point - Valls, Royal, Montebourg...

le
0
De gauche à droite : Manuel Valls, Premier ministre ;  Ségolène Royal, ministre de l'Écologie et Arnaud Montebourg, ex-ministre de l'Économie.
De gauche à droite : Manuel Valls, Premier ministre ;  Ségolène Royal, ministre de l'Écologie et Arnaud Montebourg, ex-ministre de l'Économie.

Valls s'emmêle les crampons

Pour avoir voulu soutenir son équipe favorite, Barcelone, en finale de la Ligue des champions à Berlin, Manuel Valls est en pleine tempête. Tous les ingrédients sont réunis?: une facture à 4 251 euros l'heure de vol en Falcon 200 (à bord duquel se trouvaient deux fils du Premier ministre), le prétexte d'une réunion sur l'Euro 2016 alors qu'une rencontre sur ce thème avait lieu quatre jours après à Paris, des socialistes qui tiquent en voyant Valls qui s'échappe pendant leur congrès... Le Barça, comme le dit son slogan, c'est «?plus qu'un club?». Serait-ce aussi une passion fatale??

Comment Ségolène Royal a espionné le congrès du PS

Comme souvent, plutôt que d'apparaître au milieu de ses camarades au congrès du PS, la ministre de l'Écologie a pris le large aux États-Unis. Royal a pourtant suivi les débats de près, grâce à ses amis présents à Poitiers, tels l'ex-ministre Guillaume Garot ou le patron de Désirs d'avenir, Kamel Chibli. «?Elle n'a pas arrêté de nous envoyer des SMS pour savoir quels ministres étaient là et pour s'assurer que ses soutiens seraient bien représentés dans les instances du PS?», s'amuse l'un de ses proches. Mais la dame n'a pas été satisfaite?: elle exigeait entre quinze et trente places au parlement du parti sur le contingent de sa motion (Cambadélis), elle en a eu moins de dix. Peut-être aurait-elle été mieux récompensée si elle...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant