Les indépendantistes écossais à la pêche aux travaillistes

le
0
LES INDÉPENDANTISTES ÉCOSSAIS TENTENT DE SÉDUIRE LES TRAVAILLISTES
LES INDÉPENDANTISTES ÉCOSSAIS TENTENT DE SÉDUIRE LES TRAVAILLISTES

par Belinda Goldsmith

ABERDEEN Ecosse (Reuters) - Alex Salmond, fer de lance des indépendantistes écossais, a lancé samedi un appel aux Ecossais pour qu'ils mettent de côté leur appartenance politique lorsqu'ils se prononceront le 18 septembre prochain sur l'indépendance.

Cet appel, lancé lors de la clôture du dernier congrès du Parti national écossais (SNP) avant la consultation, vise avant tout à séduire les électeurs travaillistes.

Le chef du gouvernement autonome écossais a souligné que voter pour l'indépendance ne signifiait pas voter pour le SNP ou pour sa propre personne, qui divise, mais un moyen pour l'Ecosse de prendre son avenir en main.

Les derniers sondages d'opinion dessinent un resserrement des intentions de vote et, avec 15% encore d'indécis, une victoire du "oui" semble désormais et pour la première fois depuis le début de la campagne une possibilité réelle.

Les partisans du "oui" seraient désormais 40%, dix points de plus qu'il y a un an, contre 45% pour les partisans du "non".

Alex Salmond promet de former une "Team Scotland" qui, au-delà des étiquettes politiques et en cas de victoire du "oui", négocierait les termes de l'indépendance d'ici le 24 mars 2016, notamment en ce qui concerne les revenus pétroliers, la monnaie, le retrait des armes atomiques ou l'appartenance à l'UE.

L'enjeu pour Salmond, 59 ans, et ses partisans est d'aller chercher les électeurs du Parti travailliste écossais, d'où cet appel lancé depuis la tribune du congrès annuel du SNP qui réunissait quelque 1.200 délégués à Aberdeen.

"Une voix pour le 'oui' en septembre, ce ne sera pas une voix pour moi ou pour un gouvernement SNP en 2016 (ndlr: date des prochaines élections écossaises) mais une voix pour un gouvernement en Ecosse que choisira le peuple d'Ecosse pour mener une politique soutenue par le peuple d'Ecosse", a-t-il dit.

Ce gouvernement, a-t-il insisté, pourra être dirigé par le SNP, par les travaillistes ou par une coalition.

"En revanche, ce ne sera pas un gouvernement dirigé par un parti qui ne compte (au Parlement britannique) qu'un député élu en Ecosse", a-t-il ajouté par allusion au Parti conservateur, très impopulaire en Ecosse mais qui dirige la coalition au pouvoir à Londres.

"Dans une Ecosse indépendante, nous pouvons vous garantir que c'en sera fini et bien fini de l'époque des gouvernements tories non élus par le peuple d'Ecosse", a encore lancé Alex Salmond sous les applaudissements.

Depuis les élections de 2011, le Scottish National Party domine le Parlement autonome écossais avec 65 sièges contre 38 pour les travaillistes et 15 pour les conservateurs, les autres sièges étant distribués entre les libéraux démocrates, les écologistes et les indépendants.

L'Ecosse est liée à l'Angleterre depuis 307 ans.

(Henri-Pierre André et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant