Les incivilités envers les professeurs sont en hausse

le
4
Les insultes, les cas de petites violences et les les menaces via les réseaux sociaux se multiplient.

Le harcèlement envers les personnels d'éducation est en hausse dans les établissements scolaires avec 6,6% des dossiers traités contre 5,7% en 2009-2010, selon la Fédération autonome de solidarité qui assure la protection juridique de la moitié des enseignants français et possède donc une bonne vision des conflits à l'école. Les cas de violences subies impliquent des enseignants dans 34% des cas, leur hiérarchie dans 29% des cas.

La majorité de ces dossiers, qui impliquent souvent des parents d'élèves, concerne des incivilités et des cas de petites violences, des propos malveillants, insultants, menaçants. Sont inclus également des actions portant atteinte à la réputation de l'enseignant: lettre anonyme de dénonciation adressée à la hiérarchie, tracts diffamants distribués aux parents d'élèves. Il convient toutefois de rapporter ce chiffre aux 460.000 adhérents de la FAS soit 0,6% de cette population concernée.

Les conflits entre personnels ont également

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le lundi 28 nov 2011 à 15:15

    rétablir le coup de pied au c.. et les coups de règles sur les doigts dès la maternelle seraient une bonne chose , au fait ces incivilités sont faites par quelle type de population ?

  • marconge le lundi 28 nov 2011 à 14:54

    Ils n'ont que ce qu'ils méritent, depuis le temps que tout le monde il est gentil...

  • M1531771 le lundi 28 nov 2011 à 14:36

    Ah bon...les incivilités sont en hausse....?!? Ben mince alors....Remarquez si les parents ne la ramenaient pas à chaque qu'un prof ose hausser le ton sur un enfant qui le mérite...nous n'en serions pas là....!!!!

  • ahariga1 le lundi 28 nov 2011 à 13:29

    C'est pour cela que Hollande veut en augmenter le nombre, pour que les élèves puisent mieux se défouler et ne pas être en manque, c'est un sorte de drogue