Les imprimantes 3D débarquent dans des bureaux de poste franciliens

le
1
Les imprimantes 3D débarquent dans des bureaux de poste franciliens
Les imprimantes 3D débarquent dans des bureaux de poste franciliens

C'est une première pour un service public dans l'Hexagone. La Poste lance mercredi dans trois bureaux franciliens un service d'impression 3D à destination des particuliers et des professionnels, qui sera expérimenté pendant 6 mois avant un éventuel déploiement sur le territoire.

«L'objectif est de donner accès à l'impression 3D aux clients de La Poste et au plus grand nombre de Français, leur montrer ce qu'est cette technologie dont ils entendent parler tous les jours mais ne savent pas toujours concrètement en quoi cela consiste», résume Philippe Bajou, directeur général de l'Enseigne (réseau des bureaux de poste). «Nous allons mener cette expérience pendant six mois, et analyser comment le grand public et les professionnels s'approprient cette nouvelle offre», explique-t-il.

L'impression 3D permet de matérialiser une image en un objet tridimensionnel grâce au «dépôt de fil fondu, soit l'accumulation de fines couches de plastique, de cire, de céramique ou d'autres matériaux. Les trois bureaux de poste équipés d'une imprimante 3D sont ceux de Boulogne-Billancourt/Hôtel de Ville, de Paris/Bonne Nouvelle et de Paris/La Boétie. Deux postiers par bureau ont été formés pour l'utilisation de l'imprimante «et pour aider les clients à faire les bons choix techniques».

30 ? pour une coque de smartphone personnalisée

La Poste propose deux offres, l'une à destination des particuliers qui vont pouvoir imprimer de petits objets, comme des coques de smartphone, «choisis dans un catalogue, et personnalisables», ou à partir d'un fichier 3D qu'ils amèneront. La seconde s'adresse aux professionnels - des architectes par exemple qui pourront imprimer des maquettes.

Dans les trois bureaux de poste concernés, une imprimante 3D sera disposée dans «un espace protégé» et proposera l'impression des objets les plus simples, mais pour ceux nécessitant un travail plus long ou des technologies 3D plus poussées, leur fabrication ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mercredi 27 nov 2013 à 16:44

    Puis une copie d'un revolver, d'une kalachnikov pour faciliter les braquages.