Les imprévus coûtent près de 2000 euros par an aux Français

le
2

INFO LE FIGARO - En cas d'imprévu financier, les Français préfèrent puiser dans leur épargne ou renoncer à des achats plutôt que faire appel à leur entourage ou solliciter un crédit, selon une étude.

Les Français gèrent leur budget avec prévoyance. Ils sont, en tout cas, 71% à estimer qu'ils font bien attention à leurs dépenses quotidiennes, selon une étude réalisée par CSA pour Cofidis, l'un des principaux acteurs du crédit à la consommation en France, à paraître ce mardi. «Globalement, les ménages anticipent les dépenses sûres et contraintes, celles qui sont dues tous les mois», précise au Figaro Céline François, directrice marketing de Cofidis. Une précaution observée davantage chez les familles que chez les personnes vivant seules. Ces dernières rapportent, pour 38% d'entre elles, qu'elles vivent plutôt au jour le jour.

«Les ménages font d'autant plus attention à leur budget qu'ils sont encore nombreux à estimer qu'ils ont des difficultés à boucler leurs fins de mois», souligne Céline François. D'après le dernier baromètre annuel de Cofidis, publié en septembre 2015, ils estiment qu'il leur manque 467 euros par mois pour «vivre confortablement». L'horizon s'éclaircit toutefois pour les Français. L'Insee entrevoit une nette amélioration de leur pouvoir d'achat en 2016 (+1,7%), dans la continuité de la hausse de 2015 (+1,6%).

» LIRE AUSSI: Chômage, croissance, pouvoir d'achat: l'horizon s'éclaircit pour la France

» LIRE AUSSI: Les Français auraient besoin de 467 euros par mois en plus

Malgré la vigilance portée à leur budget quotidien, les Français n'échappent pas aux imprévus financiers. Plus de 4 Français sur 10 a dû faire face à un coup dur au cours de ces 12 derniers mois. «Parmi les imprévus saisonniers les plus classiques, un redressement des impôts à l'automne peut mettre en difficulté des ménages, juste après les vacances d'été. Tout comme des factures de gaz ou d'électricité très élevées l'hiver, lorsqu'il fait plus froid que d'habitude», souligne la directrice marketing. «La santé engendre souvent des dépenses imprévues, comme des soins dentaires très coûteux. Ces frais coincident parfois avec des baisses de revenus, en cas d'arrêt maladie.» Panne d'un réfrigérateur, dégât des eaux ou épreuve personnelle comme un divorce... La liste de ces imprévus est longue. Les jeunes y sont plus fréquemment confrontés (58%), selon l'étude.

La facture peut être salée. Le montant moyen d'un imprévu s'élève à 1926 euros. Une moyenne qui grimpe à 2426 euros pour les femmes! «Ces dernières sont surreprésentées parmi les familles monoparentales et les actifs à temps partiel. Elles sont parfois seules à prendre en charge ces imprévus», avance Céline François. L'étude montre, toutefois, que dans 67% des cas, le coût de l'imprévu reste inférieur à 1000 euros.

Épargne de précaution

Face aux coups durs, les Français n'hésitent pas à piocher dans leur épargne personnelle (53%), changer leurs habitudes de consommation (43%) ou renoncer à un achat «coup de coeur» (35%). «L'épargne est une habitude très française», remarque Céline François. De fait, le bas de laine des Français a rarement été aussi garni. Le taux d'épargne des ménages, qui représentait 15,4% de leur revenu disponible brut en 2015, a progressé à 15,9% au premier trimestre de 2016, selon les derniers chiffres de la Banque de France. «Les Français peuvent également consommer autrement, grâce à l'écononomie collaborative ou au troc. Une autre tendance émerge: certains préfèrent essayer d'augmenter leurs revenus, en prenant un deuxième petit boulot», note la directrice marketing.

» LIRE AUSSI: Les Français épargnent avant tout pour faire face aux coups durs

» LIRE AUSSI: Votre épargne est-elle à l'abri d'une crise financière?

Ils sont nettement moins enclins à faire appel à leur entourage (17%) ou solliciter un crédit (11%). «Ils n'hésitent pourtant pas à creuser leur découvert bancaire, ce qui est une forme de crédit au final», nuance Céline François. Cette solution est envisagée par 29% des Français en cas d'imprévu. Selon la Banque de France, les montants des découverts atteignent des sommets. L'encours total des découverts tricolores s'élevait à 7,6 milliards d'euros à la fin du premier trimestre de 2016. Soit une hausse de 2,7% sur un an.

»» LIRE AUSSI : La Garantie des Accidents de la Vie, mode d'emploi

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c il y a 7 mois

    Encore une étude pipeau commanditée par un organisme de crédit qui est capable de vous démontrer qu'il est beaucoup plus avantageux de prendre un crédit que de puiser dans son épargne!!! C'est un grand classique des banquiers et des organismes tels que Cofidis! Il est certain que prendre un crédit est beaucoup plus avantageux pour les banques et organismes de crédit que d'utiliser sa réserve d'épargne! Je ne dirais pas que cette affirmation s'applique aux particuliers!

  • faites_c il y a 7 mois

    "Parmi les imprévus saisonniers les plus classiques, un redressement des impôts à l'automne peut mettre en difficulté des ménages..."??? En dehors de cas très particuliers de contribuables avec des revenus complexes, tous les autres savent à l'euro près les impôts dont ils sont redevables lors de la déclaration par internet (pour ceux qui s'obstinent à faire une déclaration papier, des outils simulations sont disponibles pour connaitre l'impôt à payer!).