Les impôts veulent dissuader les contribuables de venir au guichet

le
1

Des consignes de «simplification» ont été données aux fonctionnaires, dans les Alpes-Maritimes. Ils sont par exemple incités à «ne pas traiter directement les réclamations à l'accueil».

Certains centres des impôts ne manquent pas d'imagination pour décourager les contribuables de venir solliciter les agents au guichet et pour les inciter à privilégier les services en ligne. C'est par exemple le cas du service des impôts des Alpes-Maritimes, qui, dans une note interne de quatre pages révélée par France Bleu, donne à ses agents une série de consignes dites de «simplification». Parmi ces recommandations, les fonctionnaires qui reçoivent les contribuables sont invités à ne délivrer qu'un seul duplicata d'avis d'imposition. Celui-ci ne doit plus être imprimé au guichet, mais dans un box afin «d'éviter la facilitation de la délivrance des documents papier sans attente».

Numérisation

Toujours dans le même état d'esprit, les fonctionnaires, sont incités à ne pas «traiter directement les réclamations à l'accueil» pour «limiter très fortement le traitement en direct du contentieux, sauf pour celui généré par une erreur de l'administration». D'une façon générale, l'usager doit comprendre «qu'il n'obtient pas sa réponse plus rapidement en venant sur place». Et qu'il vaut mieux qu'il passe par le site Internet des impôts. «Cette note est uniquement un support de formation interne (…) visant à présenter des mesures de simplification. Nous restons à disposition du public, notamment celui qui n'a pas accès à Internet», a répondu jeudi un porte-parole des finances publiques. Il n'empêche, même si le document est maladroit, le fisc est bel et bien engagé dans la numérisation. Un passage sur le Web qui lui permet de préserver une bonne qualité de service, alors que quelque 2500 postes sont supprimés à Bercy chaque année. D'ailleurs, le ministère a pour objectif final la télédéclaration systématique des revenus.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mikkaela le vendredi 23 oct 2015 à 14:30

    comme si on allait dans ces bureaux pour le plaisir. Si on y va c'est parce que l'on a besoin d'une aide...C'est comme les pages blanches, il n'y a plus de distribution de catalogue. Plus ça va et plus le service public en perd...