Les impôts pour les ménages et les entreprises baisseraient dès 2015

le
0

Selon l'entourage du président, l'Elysée envisage une baisse des prélèvements obligatoires sur les entreprises qui pourrait s'accompagner d'une baisse d'impôts pour les ménages dès 2015.

L'Elysée envisage une baisse des prélèvements obligatoires sur les entreprises qui pourrait s'accompagner d'une baisse d'impôt pour les ménages dès 2015. La baisse des prélèvements sur les entreprises pourra se traduire par des réductions de cotisations ou de fiscalité. Pour les ménages, «on va essayer de se mettre en capacité dès 2015 de pouvoir avoir une première baisse d'impôts», a précisé l'Elysée mardi.

En 2015, «si on fait un petit geste pour les entreprises, on fera vraisemblablement un petit geste pour les ménages», a-t-on ajouté, sans préciser si le «petit geste» pour les entreprises tenait compte de l'annonce d'une baisse de cotisations patronales de 30 milliards d'euros d'ici 2017.Le «geste» pour les ménages, s'il concerne les impôts à payer en 2015, portera donc sur les revenus perçus en 2014.

Lors de ses voeux aux acteurs économiques, le chef de l'Etat a invité les entreprises à créer des emplois prioritairement pour les jeunes et les seniors et à investir davantage en contrepartie de la baisse du coût du travail promise dans le cadre du «pacte de responsabilité.

Une trajectoire «sera fixée pour l'évolution des prélèvements, aussi bien pour les entreprises que pour les ménages, jusqu'en 2017, avec la perspective d'une harmonisation avec nos plus grands voisins européens à l'horizon 2020», avait également déclaré le chef de l'Etat. Il avait ajouté qu'une «première étape» serait effective «dès 2015».

Selon l'Elysée, le retour d'une croissance plus franche, ainsi que des économies supplémentaires dans les dépenses peuvent permettre des «marges de manoeuvre» budgétaires. Le gouvernement table sur une croissance de 0,9% cette année, accélérant à 1,7% en 2015. «Ces marges de manoeuvre, on les réalloue non pas à la baisse des déficits (...) mais à la baisse de la fiscalité», a-t-on expliqué, moyennant «une discussion avec Bruxelles». La France détenant le record européen de la fiscalité sur les sociétés, il sera délicat pour Bruxelles de critiquer la volonté de Paris de baisser l'impôt sur les sociétés.

En fin de semaine dernière, Bernard Cazeneuve avait déjà surpris en évoquant sur Europe 1 une baisse des impôts ...dès 2016, soit avec une année d'avance à ce qui était prévu initialement par le gouvernement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant