Les impayés de salaires battent un record inquiétant

le
0
L'AGS, qui se substitue aux entreprises défaillantes, craint que 2013 soit pire qu'au plus fort de la crise.

Reprise ou pas reprise? Malgré le rebond inattendu de la croissance au deuxième trimestre, certains signaux économiques avancés incitent toujours à la prudence. Quand ils n'inquiètent pas franchement. Il en va ainsi des statistiques de l'Association de garantie des salaires (AGS) dont les dernières tendances, que Le Figaro a obtenues, font froid dans le dos. Ce système, géré par le régime d'assurance-chômage, permet de payer les employés quand leur entreprise, en redressement, en liquidation ou en procédure de sauvegarde, n'a plus un sou en caisse.

Le montant des avances de salaire de l'AGS s'est ainsi élevé, en juillet, au niveau record de 228,8 millions d'euros. Un chiffre provisoire et inquiétant... Au plus fort de la crise, en 2009, cette somme n'avait pas dépassé 212 millions d'euros par mois. «À notre niveau, nous ne voyons pas franchem...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant