Les imams de Benghazi prêchent la révolution

le
0
Contraints au silence durant le règne de Kadhafi, de nombreux religieux libyens appellent leurs fidèles à soutenir l'élan démocratique.

Le drapeau américain, ceux de la France et du Royaume-Uni flottent au-dessus de plusieurs centaines de fidèles musulmans, pieusement agenouillés sur leur tapis de prière, tandis que l'imam vante les mérites de la liberté et de la démocratie. La scène, surprenante dans un pays arabe, se répète tous les vendredis à Benghazi.

Dans la capitale de la rébellion libyenne, une fois par semaine, un religieux vient en effet proclamer devant une ­foule attentive que l'islam et le discours du prophète se sont mis au service de la révolution. Pendant plus de quarante ans, les imams n'ont que rarement osé défier le pouvoir de Kadhafi. Les allusions politiques étaient interdites dans les mosquées comme dans tous les lieux publics en Libye. Mais la révolution a tout changé. Le cheikh d'origine égyptienne Youssef al-Qaradawi, qui officie sur al-Jezira, a lancé dès le début du conflit une fatwa contre le dictateur «afin de le tuer». Il a également appelé «l'armée à ne pa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant