Les îles Féroé dans la cour des grands

le
0
Les îles Féroé dans la cour des grands
Les îles Féroé dans la cour des grands

Débarqué dans le grand concert international voici 25 ans, la traditionnelle victime expiatoire des éliminatoires de la zone UEFA a réalisé de jolis progrès ces derniers temps. Vainqueur par deux fois de la Grèce, la sélection des îles Féroé réalise la campagne la plus prometteuse de son histoire et permet au football d'être plus populaire que jamais au sein de cette province autonome du nord de l'Europe qui aimerait s'inspirer de la réussite actuelle de son quasi voisin, l'Islande.

" Les îles Féroé ? Fastoche. " C'est la réaction qu'avaient la plupart des sélections au moment d'affronter celui qui était le deuxième membre de l'UEFA le moins peuplé jusqu'à la récente intégration de Gibraltar (et après Saint-Marin). C'est vrai quoi, pour des pays comme la France, l'Italie, l'Angleterre ou même des plus modestes comme les Scandinaves, les Balkaniques ou les Baltiques, jouer ces drôles de Vikings étaient l'occasion d'une victoire quasi assurée tout en soignant sa différence de buts. L'intégration de cette petite province autonome du royaume du Danemark au tout début des années 90 a longtemps eu tout du cadeau empoisonné pour la poignée de joueurs de foot du coin. Il y a bien eu quelques exploits clairsemés de-ci de-là pendant les deux premières décennies, des victoires miraculeuses contre à peine plus grand que soi (Malte, l'Estonie ), des nuls heureux contre l'Autriche, l'Écosse, la Lituanie ou la Bosnie Et puis déjà plus récemment quelques résultats positifs contre des nations qui pèsent sur le continent, comme cette très honorable défaite 0-1 face à la France en 2009 lors des éliminatoires de la Coupe du monde sud-africaine. Mais c'est surtout ces deux dernières années que les progrès ont été les plus marquants, avec seulement deux défaites par plus de deux buts d'écart à déplorer : 0-3 contre l'Allemagne, puis encore 0-3 contre l'Autriche, les deux fois en septembre 2013. Rien d'infamant, aucun gros carton à signaler. Et lorsqu'il s'est agi de bizuter le petit nouveau Gibraltar, les Féroé ne se sont pas privés de les cogner 4-1 en mars 2014, histoire de montrer qu'au jeu des plus petits d'Europe, il s'établit désormais une hiérarchie claire : oui, actuellement, les Féroïens sont les plus grands des petits de la zone UEFA. D'ailleurs, parmi les nations du dernier chapeau des éliminatoires de l'Euro 2016 (Luxembourg, Kazakhstan, Lichtenstein, les Féroé, Malte, Andorre, Saint-Marin et Gibraltar), la province danoise est celle qui s'en sort le mieux, la seule avec le Lichtenstein à ne pas être dernière de son groupe.

Un sélectionneur qui a changé les mentalités


La mini-sélection du Nord de l'Europe voudrait même bien ne plus se contenter d'être la plus forte des " petits ", mais postule désormais à l'intégration durable dans la cour des grands. Elle peut justifier cette ambition par une double performance remarquée : deux victoires dans ces éliminatoires face à la…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant