Les hypermarchés cibles d'actions coup de poing des éleveurs

le
0

Des éleveurs se sont rendus dans un supermarché Carrefour pour dénoncer la hausse des prix de la viande alors que leurs revenus diminuent. Ils promettent de poursuivre le mouvement.

Une opération qui n'est pas passée inaperçue. Les 60 membres du Conseil d'administration de la Fédération nationale bovine (FNB), tous producteurs de viande, ont envahi mardi le rayon boucherie du magasin Carrefour du centre commercial de Créteil Soleil. «Vêtus de tee-shirts rouge portant le message «les producteurs de viande sont en colère», ils ont collé des stickers «la grande distribution s'engraisse sur le dos des éleveurs» sur les produits vendus. Jean Pierre Fleury, président de la FNB a précisé qu'il avait également discuté avec les consommateurs pour leurs expliquer les raisons de cette mobilisation.

L'objet de cette opération coup de poing, une première en Ile-de-France, est de «dénoncer la hausse des prix pratiqués par la grande distribution alors même que le prix de la viande achetée aux producteurs a chuté», explique le représentant de la filière viande de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA). «Les cours ont reculé de 70 centimes par kilo depuis septembre. C'est un manque à gagner de 300 millions d'euros pour les éleveurs. En moyenne, les exploitants ont perdu près de 200 euros par animal, soit une perte de revenu annuel de 10.000 à 12.000 euros pour une exploitation moyenne, sachant que les revenus moyen d'un actif sont de l'ordre de 15.000 à 20.000 euros par an»...

Parallèlement, le président dénonce une hausse des prix en magasin. «Les éleveurs ne sont pas responsables de la hausse des prix de la viande bovine et de la baisse de la consommation, s'insurge Jean Pierre Fleury. Sur les douze derniers mois, les prix à la consommation progressent de 2,5 %, alors que ceux à la production ont chuté depuis septembre».

Et les producteurs sont déterminés à se faire entendre. «Nous sommes en état de guerre avec la grande distribution. Nous avons décidé d'étendre le mouvement à tout le territoire pour contrer la grande distribution qui, nous en sommes convaincus, organise la baisse des prix à la production», prévient le président de la FNB.

De son côté, carrefour affirme avoir reçu et discuté avec la délégation. L'enseigne rappelle par ailleurs qu'elle travaille depuis 20 ans avec plus de 20.000 producteurs français et confirme qu'elle privilégie l'approvisionnement de viande d'origine française.

Même discours de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) qui représente le secteur. Par ailleurs, la FCD «condamne ce type d'actions en magasins, incompréhensible et même inacceptable alors même que la grande distribution fait tout son possible pour mettre en avant la viande française», avance Mathieu Pecqueur, chef de service Agriculture & Qualité de la FCD. Le porte parole de la grande distribution explique en outre que les enseignes «n'ont pas le pouvoir de fixer les prix à la production, elles achètent la viande auprès des abattoirs et non pas auprès des éleveurs». Le représentant de la FCD ajoute que «les marges sur le rayon boucherie sont faibles voire négatives pour la grande distribution. De fait, les prix de la viande sont très suivis par les consommateurs, le secteur bataille donc pour maintenir des prix bas». Un argument toutefois contesté par la FNB. Une chose semble certaine, l'heure n'est pas à l'apaisement entre la grande distribution et les éleveurs français.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant