Les Houthis disposés à discuter si les attaques cessent

le
0
    SANAA, 28 août (Reuters) - Le conseil politique houthi s'est 
dit dimanche disposé à ouvrir de négociations de paix avec le 
gouvernement yéménite en exil à condition que la coalition 
conduite par l'Arabie saoudite cesse ses attaques contre les 
territoires contrôlés par le mouvement chiite. 
    Les discussions de paix parrainées par l'Onu pour mettre fin 
au conflit qui dure depuis un an et demi dans le sud de la 
péninsule arabique ont capoté au début du mois. L'envoyé spécial 
des Nations unies pour le Yémen, Ould Cheikh Ahmed, avait 
toutefois alors annoncé que les parties avaient accepté de 
reprendre leurs discussions dans un délai d'un mois, dans un 
lieu qui reste à définir.   
    Les milices houthies et les forces fidèles à l'ancien 
président Ali Abdallah Saleh contrôlent l'essentiel de la moitié 
nord du pays alors que les forces soutenant le président 
Abd-Rabbou Mansour Hadi, reconnu par la communauté 
internationale et appuyé depuis mars 2015 par une coalition 
dirigée par l'Arabie saoudite, se partagent le reste du pays 
avec les tribus locales. 
    Lors de sa réunion hebdomadaire, le conseil politique houthi 
a dit que sa volonté de relancer les négociations de paix était 
subordonnée à "la cessation totale de l'agression et à la levée 
du siège injuste que subit le peuple yéménite". 
    En visite cette semaine à Djeddah, le secrétaire d'Etat 
américain, John Kerry, a jugé que le conflit n'avait que trop 
duré et insisté pour que les Houthis cessent de bombarder 
l'Arabie saoudite, quittent Sanaa, déposent les armes et 
acceptent de former un gouvernement d'unité nationale avec leurs 
adversaires.   
    Le gouvernement reconnu par la communauté internationale a 
formulé les mêmes exigences, réclamant en outre que les Houthis 
s'y conforment avant qu'un gouvernement d'union nationale soit 
formé. 
    La guerre civile a fait plus de 6.400 morts en seize mois, 
dont la moitié de civils, et provoqué une crise humanitaire.   
 
 (Mohammed Ghobari,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant