Les hôpitaux syriens, cibles de la répression

le
0
Selon l'ONG Amnesty International, des patients mais aussi des médecins ayant soigné des opposants blessés ont été enlevés par le régime.

La répression en Syrie frappe partout. Actuellement dans la ligne de mire du gouvernement : les hôpitaux publics syriens, où il règne, selon Amnesty International, un «climat de peur». Les médecins, comme les patients, y constituent des cibles de la répression du soulèvement populaire contre le régime de Damas.

«Le gouvernement syrien a fait des hôpitaux des instruments de la répression dans sa tentative d'écrasement de l'opposition», souligne l'organisation de défense des droits de l'homme dans un rapport de 39 pages rendu public lundi. À ce titre, Amnesty décrit comment des patients d'au moins quatre hôpitaux publics différents ont été soumis à la torture et à d'autres mauvais traitements. «Des patients ont été agressés par des médecins, des professionnels de la santé et des agents de sécurité dans les hôpitaux nationaux de Banias, Homs et Tell Kalakh, et dans l'hôpital militaire de Homs», indique l'ONG. Dans le dernier établissement, un médecin a

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant