Les homosexuels aussi peuvent donner leur sang

le , mis à jour à 08:28
2
Les homosexuels aussi peuvent donner leur sang
Les homosexuels aussi peuvent donner leur sang

La promesse de 2012 n'en est plus une. Le décret levant une interdiction vieille de trente ans est paru. Depuis hier, les homosexuels peuvent aussi donner leur sang, comme tout le monde. Enfin presque.

 

Le nouveau cadre légal abolit effectivement une interdiction de don permanente qui s'imposait, depuis 1983, aux hommes ayant des relations avec d'autres hommes (HSH), sur le seul critère de leur orientation sexuelle. Le questionnaire de l'Etablissement français du sang, auquel tout donneur éventuel doit se soumettre, a été revu de fond en comble pour traquer toutes les contre-indications. Par exemple, une exposition à une contamination après un voyage à l'étranger. C'est le cas pour les zones infectées par le virus Zika actuellement. Mais il peut aussi s'agir d'une séance de tatouage, source possible de contamination par la peau.

 

Pour être éligible à cet acte de générosité qu'est le don du sang, les hommes ayant des relations avec des hommes doivent pour leur part ne pas en avoir eu pendant... une année entière, relation stable ou pas. S'ils souhaitent donner leur plasma (mis en quarantaine deux mois par l'EFS), ce sera en revanche comme pour toute personne, homme ou femme, ayant plusieurs partenaires : il faut pouvoir faire état de quatre mois d'abstinence.

 

«Personne n'a oublié l'affaire du sang contaminé»

 

Trop restrictif ? Ces délais ont été établis en s'appuyant sur l'état actuel de la recherche et peuvent évoluer, souligne Coline Mey, en charge des nouvelles stratégies de santé à l'association Aides, qui rappelle : « Donner son sang n'est pas un droit. Personne n'a oublié l'affaire du sang contaminé. La priorité, la base, quand on sélectionne les donneurs, est d'assurer la sécurité au receveur. Et l'on est bien obligé de tenir compte du fait que les HSH sont la population la plus exposée au risque d'une épidémie toujours active, contre laquelle nous nous battons. »

 

En ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JODHY il y a 5 mois

    l'essentiel est que ça rapporte des voix , la santé des autres ils s'en tapent

  • dotcom1 il y a 5 mois

    Le principe de précaution ne tient plus face à la bienpensance.