Les hommes plus dépensiers sur Internet

le
0
Un homme derrière un ordinateur et muni de sa carte bleue peut se révéler être un dépensier compulsif, selon une étude néerlandaise et le centre d'étude européen de vente-privée.com.

135 euros. C'est la somme moyenne dépensée sur Internet par un homme européen contre 95 euros pour une femme, selon une récente étude*. Il opte pour des produits plus chers tels que des ordinateurs, des tablettes ou téléphones (76%) et des voyages (34%). La femme privilégie, elle, des produits tels que des livres (64%), de la musique, des films (60%) ou des parfums (42%).

4. Nombre moyen de produits par panier masculin alors que le panier féminin en comporte 6. Cette différence est due au temps passé en ligne. 10 minutes suffisent à un homme pour faire ses achats alors qu'il en faut 14 pour la femme.

74% des hommes européens ne se posent pas de questions avant d'acheter sur Internet: ils sont compulsifs. La gente masculine est également plus confiante à communiquer ses coordonnées bancaires sur la toile. Ils sont aussi plus aventuriers car ils vont même jusqu'à visiter les sites étrangers (hors de leur pays d'origine) et à acquérir le produit sur ce site s'il ressent l'offre proposée comme étant «la bonne affaire».

1 homme sur 4 se dit acheteur classique. Il n'est pas envisageable, pour lui, d'acheter des vêtements, des produits de beauté ou des produits pour enfants sans les avoir vus ou essayer au préalable. Il se qualifie également d'indémodable. Pour lui, la marque du produit est une valeur refuge gage de bonne qualité. Ainsi, elle est le facteur le plus important (61%) devant le rapport qualité-prix et les prix bas. Les femmes privilégient plus des critères esthétiques comme la matière, la coupe et la facilité d'entretien.

4. C'est le nombre d'avantages que les hommes et femmes s'accordent à dire de la vente en ligne. Chacun d'entre eux veulent éviter la foule des magasins, surtout en période de solde (47%). Ils n'ont plus besoin de se déplacer (63%) et sont livrés à domicile (61%). Le shopping à toute heure (67%) devient un plaisir synonyme de détente et non plus une corvée.

* Cette étude néerlandaise est parue en février dernier. Elle est un résumé d'une centaine de recherches, d'enquêtes et des données de diverses sources comme Deutsche Card Service, Journal of Business of Ecomics Research.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant