Les hommes nus, à rebrousse-poil

le
0
Jupiter (Zeus) et Thétis. Peinture de Jean-Auguste-Dominique (Jean Auguste Dominique) Ingres (1780 - 1867). Musée Granet. Aix-en-Provence.
Jupiter (Zeus) et Thétis. Peinture de Jean-Auguste-Dominique (Jean Auguste Dominique) Ingres (1780 - 1867). Musée Granet. Aix-en-Provence.

Echapper au visage de bébé, mais obtenir des fesses de nourrisson. Une tendance qui en dit long sur la virilité contemporaine. Chaque dimanche matin, dans La Matinale du « Monde », la chroniqueuse Maïa Mazaurette vous parle de la sexualité sous toutes ses facettes.

Qu’est-ce que la virilité ? La question agite les polémiques, les clubs de foot, les facs – qu’est-ce qu’un vrai mâle, et, si une telle chose existe, comment se fait-il que le mâle se transforme au fil du temps, évolue comme un Pokémon d’avatar en avatar ? Nous sommes en 2016, nous avons embrassé les identités fluides. Or le poil, plus que jamais, est un marqueur identitaire – il raconte qui est prépubère, qui est femelle, mâle, queer, ironique, contestataire.

Nous sommes en 2016 et 44 % des hommes (américains, too bad) s’épilent le derrière, tandis que d’autres sont prêts à dépenser jusqu’à 22 000 dollars (20 312 dollars) pour se faire transplanter une barbe. Echapper au visage de bébé, mais obtenir des fesses de nourrisson. Faire remonter la toison au menton. Faire remonter la sexualité du bas en haut. Ces tendances en disent long sur la virilité contemporaine, certes, mais aussi sur le déplacement du désir.

Jusqu’à tout récemment, l’homme velu affichait son poil partout, librement, sauf sur son visage : seule la face était publique, seule la partie visible par les collègues de bureau était civilisée. Il fallait « faire propre » pour aller travailler. Les hommes étaient des grizzlis empaquetés dans des open spaces.

Aujourd’hui, c’est presque l’inverse. Parce que la sexualité est publique mais que les barbus hipsters (les « jeunes indépendants », les « millennials ») travaillent volontiers à la maison ou dans des environnements dénués de dress code strict, on ratiboise da...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant