Les hérissons, épines du projet «La Chapelle»

le
0
Une colonie vit sur un talus ferroviaire inclus dans un grand projet d'aménagement du XVIIIe.

La rumeur raconte que des jeunes du coin en auraient attrapés pour les utiliser comme ballons de football... Aujourd'hui, une autre menace pèse sur les hérissons d'Europe d'un talus ferroviaire près de la porte de la Chapelle (XVIIIe). Leurs défenseurs redoutent l'impact sur leur habitat de «Chapelle International», un colossal projet d'aménagement sur 6,3 hectares, dont les premiers logements doivent être livrés en 2016.

Le cabinet d'Anne Hidalgo, première adjointe au maire chargée de l'urbanisme, tient à rassurer: «L'idée c'est de tenir compte de ces hérissons, comme on l'a fait pour les pipistrelles de Broussais (XIVe), où l'habitat des chauves-souris va être préservé et les travaux réalisés en fonction de leur période d'hibernation.» Il s'agit même d'une obligation, puisque les hérissons d'Europe ont été classés espèce protégée en 1981, ce qui interdit destruction, capture ou transport. «À ma connaissance, le talus abrite l'unique colonie dans P

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant