Les handballeurs face aux cadences infernales

le
0
Les handballeurs face aux cadences infernales
Les handballeurs face aux cadences infernales

Sur le papier, il s’agit du lancement d’une campagne de Ligue des champions comme les autres. Ce soir, rien ne dit pourtant que les joueurs du PSG seront aussi frais et dispos que d’habitude pour lancer les hostilités contre Kiel, dans le nord de l’Allemagne. En cette année olympique, les joueurs de la capitale risquent en effet de prendre les problèmes de rythme de travail et de cadences infernales en pleine face.

 

Alors que pour beaucoup la saison ne fait que commencer, Karabatic et ses amis, tous réquisitionnés fin juin pour la préparation aux Jeux de Rio, ont déjà près de trois mois de labeur dans les jambes. Rien d’inquiétant si, comme ce fut le cas pour les internationaux de Montpellier, ils avaient eu quelques semaines de repos à leur retour du Brésil. Sauf qu’après six semaines de stage et une très éprouvante quinzaine olympique, les huit médaillés parisiens n’ont eu droit qu’à... vingt-quatre heures de repos pour préparer le Championnat du monde des clubs qui leur a échappé début septembre à Doha. Malgré la folle saison qui s’annonce, tous se disent pourtant prêts à décrocher les quatre titres nationaux et la première Coupe d’Europe dont le club rêve. Et ce, même si l’interminable formule de Ligue des champions (18 matchs possibles) conjuguée au Mondial prévu en France en janvier 2017 promettent de martyriser les têtes et les corps. « Si on est tous à 100 % tout au long de la saison, on a les capacités pour tout gagner, expliquait Luka Karabatic à l’issue du Trophée des champions remporté le week-end dernier. Mais on est partis pour jouer entre 70 et 80 matchs cette saison. Qui sait dans quel état on sera dans six mois ? » L’interrogation est légitime. A titre de comparaison, le footballeur Blaise Matuidi a disputé 48 matchs avec le PSG et 16 avec l’équipe de France la saison dernière. Soit 64 au total. Sans pour autant bénéficier des mêmes plages de repos, ses homologues ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant