Les groupes d'intérim craignent pour leurs profits

le
0
La réduction de leurs allégements de charges sociales leur ferait perdre deux points de marge.

C'est ce jeudi que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) sera examiné en deuxième lecture au Sénat. Une fois adopté, il entrera en application dès janvier. Cette perspec­tive inquiète les groupes d'intérim. Ce texte comporte en effet une disposition qui les pénalise: l'annualisation des allégements de charges sociales, qui se traduira pour ce secteur par la suppression de la réduction de 22% de charges sociales accordée jusqu'alors. «Cela renchérira le coût de la mission de 3,3% pour un ouvrier payé au smic et de 4,5% pour un employé rémunéré 1,3 fois le smic», explique François Roux, délégué général du Prisme, le syndicat professionnel des sociétés de travail temporaire. Les majors du secteur ont, elles aussi, fait leurs comptes. «Cela représentera 1,8 point de marge brute», souligne Françoise Gri, présidente de Manpower France. «Suivant les secteurs, l'augmentation du coût de revient variera entre 0,5 et 2%», renchéri

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant