Les grèves ont coûté 150 millions à Total

le
0
Le directeur général du raffinage-marketing de Total, Michel Bénézit, se félicite toutefois de l'efficacité de la logistique du groupe pendant la période de blocages des raffineries.

Deux mois après les blocages des raffineries dans le cadre des manifestations contre la réforme des retraites, Total fait le bilan. Dans une interview aux Echos , le directeur général du raffinage-marketing du groupe, Michel Bénézit, estime le coût des grèves d'octobre à 150 millions d'euros, 100 millions pour le raffinage et 50 millions pour le marketing et la pétrochimie.

Il préfère toutefois retenir l'efficacité de la logistique de Total. «Pendant quelques jours, nous avons été les seuls à importer de l'essence en France, affirme-t-il. Nous avons également décidé de ne pas modifier les prix à la pompe contrairement à certains de nos concurrents».

En ce qui concerne la raffinerie de Dunkerque, qui a été autorisée à fermer par le tribunal de grande instance de Nanterre, Michel Bénézit affirme que 260 de ses 360 salariés resteront à Dunkerque. Ils devraient intégrer une nouvelle structure de biocarburant qui coûtera 50 millions d'euros à Total.

Tota...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant