Les greffiers demandent une plus grande reconnaissance

le
2
APPEL À LA GRÈVE DES GREFFIERS
APPEL À LA GRÈVE DES GREFFIERS

PARIS (Reuters) - Plusieurs syndicats de greffiers appellent à la grève ce mardi pour demander une revalorisation salariale et une plus grande reconnaissance de leur métier alors que Christiane Taubira envisage de leur confier de nouvelles missions.

Un mouvement de protestation spontané est né dans la profession à la suite de l'annonce, par la ministre, de son projet de "Justice du XXIe siècle".

La création d'un greffier juridictionnel, qui pourrait s'acquitter de nouvelles tâches comme le prononcé du divorce par consentement mutuel, est notamment proposée dans le cadre de cette réforme.

Une promotion statutaire est par ailleurs prévue, mais les greffiers s'inquiètent de l'ampleur de celle-ci, faisant valoir que leurs salaires n'ont pas été revalorisés depuis 2003 et que leur statut n'a pas évolué depuis 2009.

"On pense que la grève sera relativement suivie puisque le mouvement vient de la base", dit Natacha Mielniczuk, du Syndicat des greffiers de France-FO, majoritaire.

"Nous voulons montrer au ministère la détermination des personnels", ajoute-t-elle.

Des négociations entre syndicats de greffiers et représentants du ministère de la Justice ont débuté le 11 avril dernier. Un nouveau rendez-vous est prévu mardi après-midi.

"SURCHARGE DE TRAVAIL" ET "MALAISE"

"Il y a une négociation en cours sur la réforme statutaire des greffiers", indique-t-on à la chancellerie. "C'est une réforme que la garde des Sceaux veut voir aboutir."

Les greffiers dénoncent une "surcharge de travail" et un "malaise" lié à une faible reconnaissance de leur profession.

Ils touchent environ 1.500 euros bruts mensuels en début de carrière et jusqu'à environ 2.500 euros bruts en fin de carrière, selon les grilles de salaire de la profession.

Ces professionnels ont d'abord protesté en envoyant des courriers électroniques par milliers à leurs collègues professionnels de justice, dans l'objectif de saturer leurs boîtes de réception.

Depuis plusieurs semaines, le mouvement a pris de l'ampleur avec des rassemblements quotidiens des greffiers, à l'heure du déjeuner, sur les marches de leurs tribunaux à travers la France.

Le Syndicat des avocats de France, ainsi que l'Union syndicale des magistrats et le Syndicat de la magistrature, ont apporté leur soutien aux greffiers pour leur mouvement de grève.

"Malgré leurs compétences, la spécificité des métiers de greffe, leur engagement, ils n'ont pas bénéficié de revalorisation indiciaire depuis plus de 10 ans, subissant par ailleurs le gel du point d'indice et la baisse corrélative de leur pouvoir d'achat", souligne l'USM dans un communiqué, invitant les magistrats à "s'associer" à leur mouvement.

(Chine Labbé, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le lundi 28 avr 2014 à 20:26

    Non, le contribuable que je suis veut des économies pas des revalorisations de statut. Idem pour les sage-femmes. Idem pour les profs agrégés. Etc.

  • dlabore le lundi 28 avr 2014 à 19:37

    mon greffier veut plus de ronron