Les greffiers demandent justice

le
0
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.

Charge de travail alourdie, heures supplémentaires non rémunérées, attribution de tâches hors de leur ressort... Les greffiers, personnel de l'ombre de la justice, sortent des tribunaux pour exprimer leur colère. Depuis mercredi, les robes noires se pressent sur les marches des palais de justice pour dénoncer un manque de moyens et demander une revalorisation de leur statut et de leur salaire. "On exécute non seulement notre travail de juriste, mais aussi l'orientation et l'accueil du public, ainsi que des tâches administratives qui ne relèvent pas de nos fonctions", dénonce une greffière du tribunal de Paris, sous le couvert de l'anonymat.Une revalorisation statutaire et salarialeLe texte qui a mis le feu aux poudres est la réforme dite de "La justice du XXIe siècle", dont l'objectif est de simplifier les procédures et de désengorger les tribunaux. Parmi les mesures de ce texte, c'est principalement celle qui envisage la création d'une fonction de greffier juridictionnel qui fait réagir. Les greffiers ne veulent pas d'une nouvelle catégorie mais une reconnaissance officielle des tâches qu'ils assument en dépit de personnel supplémentaire : "Ce qu'il nous faut vraiment, c'est une revalorisation statutaire et salariale pour tout ce qu'on fait déjà qui n'est pas dans nos attributions."Le salaire est un autre point de revendication : "Je travaille depuis 22 ans au tribunal de Paris et je touche 2 100 euros par mois pour un Bac +3. C'est pire pour les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant