Les Grecs doivent être bien informés avant le référendum-Gabriel

le , mis à jour à 10:13
3

BERLIN, 27 juin (Reuters) - Le vice-chancelier allemand Sigmar Gabriel a estimé samedi que la proposition du Premier ministre Alexis Tsipras d'organiser un référendum sur le projet d'accord avec les créanciers de la Grèce n'avait de sens que si les électeurs grecs disposaient d'une idée précise du contenu des propositions. Dans un entretien à la radio Deutschlandfunk, Gabriel a jugé que cette consultation populaire ne pouvait avoir de sens que si la proposition de l'Union européenne d'une aide en échange des réformes était clairement présentée. "Nous serions bien avisés de ne pas exclure cette initiative de M. Tsipras et de la considérer 'seulement comme un artifice'", a expliqué Sigmar Gabriel. "Mais cela n'a un sens que si les questions sont clairement présentées". Alexis Tsipras a annoncé tard vendredi soir la tenue le 5 juillet prochain d'un référendum sur le projet d'accord "argent frais contre réformes" soumis par les créanciers de la Grèce qu'il a qualifié d'"ultimatum" contraire aux principes fondateurs de l'Europe. ( ID:nL5N0ZD01J ) Sigmar Gabriel, qui est ministre de l'Economie dans le gouvernement de coalition conduit par la chancelière Angela Merkel, a également jugé que le référendum devrait seulement porter sur un accord concret. "Le référendum n'aura de sens que si est soumis au vote ce que l'Europe propose. Et l'Europe offre beaucoup à la Grèce", a-t-il poursuivi. Selon lui, il n'est pas acceptable que l'Europe accorde 20 ou 30 milliards de fonds de secours à Athènes sans contreparties. "C'est la raison pour laquelle, il (Tsipras) doit demander à ses électeurs s'ils veulent les fonds de secours en échange de certaines mesures qui amèneront progressivement la Grèce sur la voie de la reprise", a-t-il dit. Après une semaine de discussions tendues à Bruxelles, Alexis Tsipras a jugé que les propositions des créanciers constituaient un "chantage" et est rentré à Athènes pour réunir son gouvernement. Peu avant 01h00 du matin (22h00 GMT), il est apparu à la télévision pour annoncer la tenue d'un référendum le 5 juillet sur le projet d'aide internationale. (Erik Kirschbaum; Pierre Sérisier pour le service français) ;))

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM le samedi 27 juin 2015 à 12:17

    A mon avis il sera trop tard. Madame Lagarde ne se laissera tourner en bourrique. Surtout que après le referendum ils risquent de procéder à la démission du gouvernement, et le nouveau demandera quelques semaines. Ils ont du mal à prendre la décision, comme qui déjà.......

  • M467862 le samedi 27 juin 2015 à 11:09

    D'ici le 5 juillet, tous les Grecs seront informés sur le contenu et les conditions d'obtention du prêt. Rien ne sera dissimulé .

  • M5859377 le samedi 27 juin 2015 à 10:23

    si les grecs répondent non cela renforcera la probabilité de sortie de l'euro et si ils votent oui cela signifiera claireme,nt que le gouvernement grec c'est la toika: kafkaien...

Partenaires Taux