Les Grecs contre les privatisations

le
0
Alors que la troïka est à Athènes, les privatisations sont au point mort. La population y est très hostile.

À l'aube d'une nouvelle grève de quarante-huit heures de la fonction publique, les syndicats appellent les Grecs à se soulever, pour ne pas «brader le pays aux étrangers». En plus de la lutte contre les mesures d'austérité, ils dénoncent les privatisations entreprises par leur gouvernement pour satisfaire la troïka, de retour à Athènes depuis dimanche.

Lancé depuis 2010, mais resté au point mort, le vaste programme de privatisations est l'un des sujets les plus épineux qui sera discuté avec les bailleurs de fonds internationaux de la Grèce cette semaine. Le triumvirat de la BCE, UE et FMI va multiplier les rencontres avec les autorités grecques jusqu'au 9 octobre, avant de donner son accord pour le déblocage d'une nouvelle tranche d'un milliard d'euros.

Lorsqu'elles furent réclamées par le FMI il y a trois ans, les privatisations étaient cen...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant