Les grands satans des États-Unis

le
1
Si les relations diplomatiques entre Washington et Téhéran se sont réchauffées grâce à l'accord sur le nucléaire, la République islamique d'Iran reste sur la liste noire des États-Unis des États qui supportent le terrorisme.
Si les relations diplomatiques entre Washington et Téhéran se sont réchauffées grâce à l'accord sur le nucléaire, la République islamique d'Iran reste sur la liste noire des États-Unis des États qui supportent le terrorisme.

Si les États-Unis arrivent à effacer les derniers vestiges de la guerre froide avec Cuba, ils sont loin d'être prêts à pardonner à l'Iran. Même si une issue favorable a été trouvée sur le dossier très sensible du nucléaire iranien, la République islamique est une invitée récurrente de la liste noire américaine d'« États soutenant le terrorisme ». Qu'est-ce, cette liste noire ?

Publiée par le département d'État sous l'administration de Jimmy Carter, la première liste noire d'« États soutenant le terrorisme » (« State sponsors of terrorism », en anglais) date de décembre 1979. Quatre pays partageaient le tableau : l'Irak, la Libye, la Syrie et le Yémen du Sud. Il s'agit d'un pur produit « inspiré par un manichéisme démocratique similaire à la chasse aux sorcières de la guerre froide », explique Annick Cizel, spécialiste de la politique étrangère américaine à la Sorbonne. Dans les années 1980 et 1990, Cuba, l'Iran, la Corée du Nord et le Soudan y ont été ajoutés. « Au total, on relève des ajouts dans cette liste sous des administrations aussi bien démocrates (Carter, Clinton) que républicaines (Reagan), ce qui indique un traitement bipartisan de cette question aux États-Unis », remarque Barthélémy Courmont, directeur de recherche à l'Iris, spécialiste des relations internationales. L'actuelle liste comprend trois États « sponsors du terrorisme » : l'Iran, la Syrie et le Soudan.

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le mercredi 15 juil 2015 à 11:01

    on peut ajouter les USA eux mêmes car depuis le vietnam, le soutien aux groupuscules terro fait partie de leur politique (en afghanistan pour ben laden par exemple, l'EI chiite pour contrer les chiites en Irak...) Quant à Israel, le soutien au hamas a été longtemps total pour diviser l'olp !