Les grands-parents, victimes collatérales de certains divorces

le
0
Chaque année, quelque 2.500 grands-parents saisissent la justice pour réclamer le droit à voir leur petits-enfants. Des situations de conflit en recrudescence notamment à cause de l'explosion des divorces.

Ils ne montent pas sur des grues pour se faire entendre, à la manière de certains pères, mais ne se sentent pas moins lésés. «J'ai passé mes dernières vacances d'été à dix minutes à pied de la résidence secondaire de mon ex-belle fille, et pas une seule fois, je n'ai pu voir la petite», soupire Josette, jeune grand-mère, victime collatérale du divorce de son fils. Conséquence de l'explosion des séparations (le nombre de familles recomposées a doublé depuis 1980 selon les chiffres du Conseil économique et social), les grands-parents s'éloignent de leurs petits-enfants.

Quand la personne ayant la garde de l'enfant retisse des liens amoureux, rares sont celles qui veulent garder contact avec leur ex-belle mère ou beau-père. La séparation du couple paren...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant