Les grandes villes ne s'endettent plus

le
0
Les communautés urbaines, qui regroupent les grandes agglomérations françaises, ont mis un frein à l'investissement en 2010. Du coup, elles ont évité de s'endetter.

Un retournement de tendance. En 2010, et pour la première fois depuis 2004, les communautés urbaines, qui regroupent les grandes agglomérations françaises comme Toulouse, Nantes ou Lille, ont stabilisé leur endettement. Leur dette s'est limitée à 8,6 milliards d'euros. C'est ce qui ressort de l'étude menée par la banque Dexia pour l'Association des communautés urbaines de France (Acuf). Finie donc l'époque où les grandes villes se lançaient dans des projets d'investissement d'envergure, comme des tramways, et les finançaient par de la dette.

L'an passé, les dépenses d'investissement des communautés urbaines ont stagné, plafonnant à 2,8 milliards d'euros. Et, parmi les investissements, les dépenses d'équipement (réseaux de transport, piscine, médiathèques…) ont même reculé de 4,1 %. «Cette stagnation de l'investissement est inhabituelle en cette période de début de mandat, normalement propice aux nouveaux projets. Elle s'explique par l'inquié

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant