Les grandes surfaces une nouvelle fois visées par les agriculteurs

le
3
Les grandes surfaces une nouvelle fois visées par les agriculteurs
Les grandes surfaces une nouvelle fois visées par les agriculteurs

Contestant leur politique en matière de prix et d'étiquetage des produits, les agriculteurs ont mené de nouvelles actions visant la grande distribution ce vendredi. En matinée, à la périphérie de Brest, quelque 150 agriculteurs du nord-Finistère, venus à bord de tracteurs avec des remorques, se sont regroupés devant un supermarché Carrefour, aux abords duquel ils ont déversé divers détritus. Ils ont également déversé de la paille dans la galerie commerçante avant d'y déposer un veau et deux porcelets dans un enclos de fortune fait de caddies.

Les manifestants, producteurs de lait, de porcs ou de légumes, ont ensuite visité les rayons charcuterie du supermarché, remplissant des caddies avec des produits, selon eux, pas ou mal étiquetés ainsi que ceux contenant de la viande en provenance de l'étranger, qu'ils ont ensuite laissés dans les allées. Un peu plus tôt, les agriculteurs avaient mené une action devant un magasin Géant de Brest et devant un Leclerc à Kergaradec, où des détritus avaient également été déversés..

Des actions similaires visant des moyennes et grandes surfaces ont été menées dans le Morbihan, à Gourin et à Vannes notamment avec le blocage des parking, dans les Côtes-d'Armor et en Ille-et-Vilaine, où une enseigne Leclerc a été la cible des manifestants à Bain-de-Bretagne. Dans la Sarthe, des agriculteurs ont mené une action de vérification de l'origine des viandes dans une enseigne Auchan, apposant sur certains produits des étiquettes «viande de nulle part».

21 supermarchés visés en Haute-Saône

A Poitiers, près de 300 agriculteurs, avec 200 tracteurs, ont bloqué plusieurs artères de la ville et déversant fumier et palettes devant des supermarchés. Les agriculteurs s'étaient donné rendez-vous en milieu de matinée dans la zone sud de la ville, avant de perturber la circulation en plusieurs endroits par des barrages filtrants ou en se déplaçant par petits convois au fil de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5299935 il y a 10 mois

    Bien peu de gens remettent en cause le SMIC .... Pourquoi ne pas mettre un prix minimum pour chaque produit et reporter l'ensemble des charges sur la consommation pour pénaliser les importations .... Cette semaine j'ai consommé du gigot à 9€ .... En France aucun élevage ne peut produire à ce prix. .... (Je ne suis pas éleveur)

  • m1234592 il y a 10 mois

    L'écotaxe en plus de favoriser le commerce local cela rapporte 1 milliard d'€ par an l'avoir supprimer pour des raisons bassement politicarde est une erreur de plus de ce gvt. Les bonnets rouges ont été manipulés!

  • m1234592 il y a 10 mois

    Les agriculteurs sont malheureusement trompés par ceux qui tirent le maximum de profit du bizness. Il vaudrait mieux qu'ils s'attaquent aux filières intégrées verticalement : achat de la viande, abattage, transformation, conditionnement et distribution. Vous pouvez imaginer sans peine le pouvoir que vous détenez si vous maîtrisez cette filière. Regardez et reregaedez "la guerre de la viande" Complément d’enquête Fr2 du 28/01 Tout y est ! C'est au gvt de réglementer cette chaîne infernale.