Les grandes man?uvres au centre inquiètent l'UMP

le
0
À l'Élysée et dans le parti, on redoute que Borloo, qui sera reçu mardi par Sarkozy, ne commette «l'irrémédiable».

Circulez, il n'y a rien à voir. Officiellement, la nouvelle confédération des centres, la charge de l'ancien ministre de la Défense Hervé Morin ou encore les velléités de candidature de Jean-Louis Borloo à la présidentielle ne sont «pas un sujet» à l'Élysée. «Nous n'en parlons même pas, tout cela n'a aucune importance, jure le conseiller en communication du palais, Franck Louvrier. Les centristes font ce qu'ils veulent. Pour le président, ce n'est pas une préoccupation. Il a bien d'autres sujets à traiter.»

En coulisses, pourtant, l'Élysée surveille Jean-Louis Borloo -qui sera reçu mardi par Nicolas Sarkozy- comme le lait sur le feu. Et maintient la pression sur ses amis. L'objectif est de dissuader le patron du Parti radical de créer un groupe autonome à l'Assemblée nationale. Et de tout faire pour éviter une candidature en 2012, dont Nicolas Sarkozy -qui veut être le seul candidat de droite en lice- ne veut pas entendre parler. Le chef de l'État l'a d'ail

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant